/regional/quebec/quebec

Le Maurice de Québec ressuscite

Le Maurice Night Club est fermé depuis novembre 2017.

Pascal Huot

Le Maurice Night Club est fermé depuis novembre 2017.

Plus d’un an après sa fermeture, le Maurice Night Club reprendra du service, alors qu’un groupe d’investisseurs de Québec veut faire «revivre» la défunte discothèque de la Grande Allée.

Selon les informations recueillies par «Le Journal», la boîte de nuit devrait rouvrir ses portes à temps pour le printemps.

D’ici là, d’importantes rénovations seraient dans les cartons pour les locaux de l’ancien club de 10 000 pieds carrés.

Les nouveaux acheteurs, dont certains sont issus du domaine de la restauration à Québec, souhaiteraient également conserver le nom du «Maurice», alors que celui du «Charlotte» serait relégué aux oubliettes.

Joint par «Le Journal» alors qu’il est à l’extérieur du pays, le propriétaire du complexe, Denis Pelletier, n’a pas nié ces informations, mais a refusé de révéler les détails de la transaction, sur le point de se conclure.

Il ne manquerait qu’une signature pour l’officialiser, soutient-il. M. Pelletier restera propriétaire de l’établissement, alors que les nouveaux investisseurs y seront locataires.

M. Pelletier s’est dit «très heureux» de ce dénouement inattendu, survenu quelques jours avant Noël.

«J’étais en négociations avec des gens de Toronto et ils [les nouveaux acheteurs] sont arrivés avec un plan. Ils ont volé le show ! C’est une fierté pour moi que ce soit des gens de Québec. C’était ce que je souhaitais. Je travaille fort pour ma ville, je suis un partisan de la ville de Québec», a affirmé M. Pelletier au bout du fil.

«Ils veulent faire une discothèque “up to date” à Québec. Ils travaillent très fort sur la programmation des quatre premiers mois. En plus, ils arrivent dans un super timing», ajoute M. Pelletier, qui souhaitait voir le Maurice Night Club qu’il a géré pendant une vingtaine d’années reprendre vie avant la période estivale.

«Les jeunes sortent encore»

Comme M. Pelletier, plusieurs restaurateurs et tenanciers de bars de Québec et de la Grande Allée affirment que «le night-club n’est pas mort» dans la capitale nationale.

C’est notamment ce qu’estime Fabio Monti, propriétaire de l’Atelier et du restaurant Ophelia.

«Les gens veulent encore sortir et veulent encore avoir du plaisir. Je pense que c’est vraiment un domaine où l’offre influence beaucoup la demande. S’il n’y a pas d’offre intéressante, les gens vont moins sortir, mais si tu leur donnes une place où ils peuvent avoir du plaisir, ils vont avoir le goût d’y aller», mentionne-t-il, accueillant d’un bon œil cette prochaine réouverture.

Une bonne nouvelle

Selon les commerçants de la Grande Allée, le retour du Maurice ne peut qu’avoir des retombées positives pour l’artère festive de Québec.

«C’est une bonne nouvelle, certain ! Ça va attirer plus de monde sur la Grande Allée», mentionne Gilles Laberge, propriétaire du Dagobert depuis près de 42 ans.

Pour Philippe Desrosiers, propriétaire de la microbrasserie Inox, ce retour contribue à «rajeunir la Grande Allée». Il soutient toutefois qu’il s’agit de «grosses pointures à chausser».

De son côté, le copropriétaire des 11 restaurants Shaker de la région de Québec, André-François Blanchet, accueille aussi cette nouvelle favorablement.

«Objectivement, ça peut juste être une bonne nouvelle pour le nightlife», affirme-t-il.

«Le Journal» a tenté de joindre un des futurs propriétaires du Maurice, en vacances à l’extérieur du pays. Celui-ci n’a pas rendu nos appels.