/news/tele

Messmer et Charles Lafortune appelés à se dépasser

Yan Lauzon | Agence QMI

ART-LACHER-LOUSSE-MESSMER

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Pour la deuxième saison de leur collaboration «Lâchés lousses», qui s'amorcera mercredi à TVA, Messmer et Charles Lafortune ont décidé d'aller plus loin. Certains gens appelés sur le plateau de leur émission ont eu à se dépasser.

«On voulait un "wow factor"», a expliqué Charles Lafortune, de retour à l'animation.

«Dans chaque émission, on a un numéro où on démontre la puissance du subconscient, précise Messmer. Dans le premier épisode, il y a un homme qui se fait épiler la jambe... Et il en a du poil. Pendant qu'il se fait épiler, il parle avec moi comme si de rien n'était, l'esthéticienne lui met de la cire et il ne sait même pas que quelqu'un travaille sur sa jambe gauche. On le pique avec une aiguille et il ne sent rien.»

La force de l'hypnose

En préparant le retour de «Lâchés lousses» l'an dernier, l'équipe a hérité d'un grand terrain de jeu. Comme la production de la BBC – de laquelle est tirée la version québécoise – n'a eu droit qu'à une saison, il a grandement fallu faire travailler les méninges.

«On a dû créer 50 nouveaux numéros pour avoir une deuxième saison, explique Messmer. En étant créateurs, on a pu s'amuser; on avait carte blanche avec la BBC. Quand on leur a proposé ce numéro de dépassement, ils ne croyaient pas qu'on était capable d'arriver à ça, ils ne pensaient pas que l'hypnose pouvait être si forte.»

Les phobies ont été une importante source d'inspiration. Celle des serpents s'est traduite par une personne plongée dans un aquarium rempli de reptiles.

Prise avec une peur des hauteurs, une dame s'est quant à elle vu demander de monter dans un escabeau afin d'accrocher des ballons. À sa première tentative, sur la deuxième marche, elle a cessé de grimper, incapable de continuer.

«Cette femme-là, deux semaines avant [le tournage], j'ai réussi à la faire monter dans une montgolfière, se souvient Messmer. Je l'endors quand on est rendu à 100 pieds à peu près et je lui enlève la peur des hauteurs. Après, elle se lève dans la nacelle, elle tripe jusqu'au moment où elle dit "I'm the king of the world". Là j'ai dit "wow, ok, parfait".»

«Fort Braillard» et boxeur

Ayant pris conscience que la présence d'invités bien connus du public était beaucoup plus forte quand ils participaient grandement à un numéro, Charles Lafortune et ses collègues ont obtenu de diverses personnalités qu'elles jouent le jeu.

Ainsi, le gagnant de «La Voix V», Ludovick Bourgeois, a donné un cours de karaté alors que Jean-Marie Lapointe a animé une édition spéciale de «Fort Boyard» intitulée «Fort Braillard» avec Charles Lafortune en Père Fouras.

«Les gens mangent des jujubes, mais sont convaincus que ce sont des larves... Il y a un toutou dans une cage et une concurrente pense que c'est un vrai tigre», s'amuse ce dernier.

De plus, prenant des allures de mannequin, le patineur de vitesse et médaillé olympique Charles Hamelin, vêtu d'un simple boxeur, est devenu le seul et unique Bryan Adams pour une concurrente convaincue d'avoir droit à la présence du célèbre chanteur.

Le premier des 10 rendez-vous de «Lâchés lousses» sera offert mercredi à 20 heures, sur les ondes de TVA.