/finance/homepage

Le Salon de jeux de Trois-Rivières a la cote

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

L'achalandage du Salon de jeux de Trois-Rivières a bondi de 90 000 entrées en trois ans, selon des données obtenues par TVA Nouvelles grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

L'établissement comptait 154 000 clients en 2015. En 2018, ce nombre a atteint 244 000. Selon le porte-parole de Loto-Québec, Renaud Dugas, «le salon de jeux attire autant une clientèle régionale que de l'extérieur». Il ajoute que ce qui attire, ce sont «les soirées thématiques qui plaisent à la clientèle».

L'augmentation considérable de la clientèle se traduit aussi par une hausse des revenus de Loto-Québec. En 2014-2015, près de 11 millions de dollars ont été dépensés au Salon de jeux de Trois-Rivières, alors que ce chiffre a grimpé à près de 16 millions de dollars en 2017-2018. Il s'agit d'une augmentation de près de cinq millions de dollars.

«On a attiré plus de gens, mais les gens n'ont pas nécessairement plus joué», précise le porte-parole de Loto-Québec puisque le pourcentage d'augmentation de l'achalandage est plus élevé que celui des dépenses des joueurs.

Le Salon de jeux de Trois-Rivières est situé dans le même bâtiment que l'hippodrome. La direction de l'hippodrome fait donc aussi un lien entre son achalandage et celui du Salon de jeux.

«D'avril à novembre, quand on course, on le sait qu'il y a beaucoup de gens qui transfèrent au salon de jeux soit après les courses ou des fois les dames vont au salon de jeux et les hommes restent aux courses», précise la directrice générale, Murielle Thomassin.

Les activités de l'hippodrome ont repris de plus belle depuis 2012 après un arrêt de quelques années. L'hippodrome présente 40 programmes de courses par années qui attirent environ 100 000 personnes. Contrairement au Salon de jeux, les paris pris à l'hippodrome ont diminué d'un million de dollars depuis trois ans.