/regional/estduquebec/basstlaurent

«F.-A. Gauthier»

Un navire de remplacement dès mardi

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

La Société des traversiers du Québec (STQ) préparait, lundi, la mise en service du «CTMA Vacancier» qui effectuera la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout en remplacement du «F.-A. Gauthier» jusqu’au 1er février.

L'arrivée en renfort du «Vacancier», un navire du groupe Croisières CTMA qui dessert habituellement les îles de La Madeleine, représente une bonne nouvelle pour les citoyens de l'Est-du-Québec. Ceux-ci doivent se passer des services du «F.-A. Gauthier» depuis le 17 décembre en raison d'un bris.

«Ça va dépanner, mais ça ne règle pas le problème, a lancé un citoyen de Matane rencontré par TVA Nouvelles. On est chanceux d'avoir les îles de La Madeleine pour nous supporter, mais ça va être juste pour un petit bout», a ajouté un autre citoyen.

Le «Vacancier» effectuera sa première traversée mardi matin en direction de Godbout. Le navire a une capacité d’environ 450 passagers et 160 voitures, alors que le «F.-A. Gauthier» peut accueillir 800 passagers et 180 véhicules.

«C’est suffisant pour la demande à cette période-ci de l’année. Les clients de la traverse sont habitués à ce navire, puisqu’il a déjà pris la relève du "F.-A. Gauthier" dans le passé lors d’arrêts techniques planifiés», a expliqué le porte-parole de la Société des traversiers du Québec, Alexandre Lavoie.

Les résidents de la région de Matane se disaient heureux de voir arriver ce traversier de remplacement, plus particulièrement pour les travailleurs.

«On entend beaucoup parler du troisième lien de Québec alors que nous on a qu'un seul lien pour se rendre sur la Côte-Nord», a commenté un citoyen de Matane.

Ce lien fluvial est excessivement important pour les résidents de l’Est-du-Québec, qui sont nombreux à l'utiliser. En décembre 2017, 12 247 personnes et 5312 véhicules sont montés à bord du «F.-A. Gauthier». En janvier 2018, le traversier a accueilli 8192 usagers et 3991 véhicules.

Un rapport incriminant

TVA Nouvelles révélait vendredi que le chantier naval Fincantieri, qui est derrière la construction du «F.-A. Gauthier», s'est retrouvé à plusieurs reprises devant les tribunaux.

Le journal français «La Tribune» a publié une partie d’un rapport dans lequel on évoque des malversations, de la corruption et même des liens avec la mafia italienne.

«C'est une situation que l'on n'aime pas, mais il n'y a pas de lien pour moi entre le fait que cette société pourrait avoir eu des malversations ou des situations irrégulières versus la construction d'un bateau», a indiqué le ministre des Transports, François Bonnardel.

De son côté, la Société des traversiers du Québec a indiqué par courriel qu’elle ne commenterait pas la situation de Fincantieri, précisant que la Société a «suivi et respecté les conditions et modalités prévues au décret lui autorisant la conclusion de ce contrat.».

Pour ce qui est du navire de remplacement, la STQ indiquait lundi que les discussions avec des partenaires potentiels avançaient et «qu’une solution serait annoncée dès qu’il sera possible de le faire.»

Dans la même catégorie