/news/society

Baisse de la diplomation des garçons au cégep

Daphnée Dion-Viens | Journal de Québec

Au cégep, le taux de diplomation des garçons est en chute constante depuis six ans, a appris «Le Journal de Québec».

Pendant cette période, la proportion de garçons qui obtiennent un diplôme collégial deux ans après la durée prévue des études est passée de 57,6% à 55,9%.

Le taux de diplomation est aussi en baisse chez les filles, mais on observe une légère remontée au sein de la dernière cohorte.

«Au secondaire la situation s’améliore, alors qu’au collégial on régresse. Il y a quelque chose là d’assez troublant et d’inquiétant», affirme Michel Perron, professeur retraité à l’Université du Québec à Chicoutimi et expert en matière de persévérance scolaire.

La Fédération des cégeps est aussi préoccupée par ce constat. Son président-directeur général, Bernard Tremblay, affirme qu’il faut mettre sur pied des «solutions pour les garçons, basées sur des données probantes et des expériences qui ont fonctionné», en s’inspirant de ce qui se fait au secondaire.

En plus d’être moins nombreux à y diplômer, les garçons sont aussi moins nombreux à franchir les portes des cégeps et à terminer leur secondaire, rappelle M. Tremblay.

Davantage d’étudiants

Le nombre d’inscriptions au collégial a par ailleurs augmenté de près de 20% au cours des dernières années. S’il faut se réjouir de cette hausse «énorme», il faut aussi se demander pourquoi les cégeps n’arrivent pas à diplômer davantage d’étudiants, selon Michel Perron.

Ce dernier souligne aussi que le nombre d’étudiants ayant des besoins particuliers (troubles d’apprentissage, déficit d’attention, etc.) a explosé dans le réseau collégial au cours des dernières années.

Se tourner vers le DEP

Le portrait n’est toutefois pas tout noir, puisque la proportion d’étudiants qui obtiennent un diplôme d’études professionnelles (DEP) après s’être inscrits au collégial est en hausse, à la fois chez les garçons et chez les filles.

Ce «déplacement» n’entraîne toutefois pas de hausse globale du taux de diplomation postsecondaire, qui fait plutôt du surplace lorsqu’on additionne les diplômes obtenus en formation professionnelle (DEP) à ceux du réseau collégial (DEC et AEC).

«Il n’y a aucun gain», déplore M. Perron. Ce sociologue de formation tire la sonnette d’alarme et estime que cette réalité devrait devenir un «enjeu de société».

Après avoir lutté contre le décrochage au secondaire, la société civile devrait se mobiliser afin que davantage de jeunes réussissent au cégep, affirme-t-il.

Taux de diplomation au cégep*

Garçons qui ont commencé le cégep en...

2006 57,6%

2007 56,6%

2008 56,5%

2009 56,2%

2010 56,0%

2011 55,9%

Filles qui ont commencé le cégep en

2006 69,9%

2007 69,0%

2008 67,8%

2009 67,5%

2010 67,6%

2011 68,0%

*Il s’agit du taux de diplomation deux ans après la durée des études. Ces données tiennent compte notamment de ceux qui ont obtenu un diplôme quatre ans après avoir commencé un programme préuniversitaire (dont la durée prévue est de deux ans) ou cinq ans après avoir commencé un programme technique (dont la durée prévue est de trois ans).

Obtention d’un diplôme d’études professionnelles au cours de la même période *

Garçons de 7,5% à 8,9%

Filles de 4,6% à 5,3%

*Il s’agit des étudiants qui se sont d’abord inscrits au cégep mais qui ont ensuite plutôt opté pour la formation professionnelle

Source : Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Les gars plus indécis sur leur choix de carrière

Les garçons sont plus indécis que les filles concernant leur avenir professionnel, ce qui pourrait expliquer pourquoi ils sont moins nombreux à diplômer.

C’est du moins ce qu’avance la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), à la lumière d’un sondage réalisé auprès des nouveaux cégépiens, rendu public le printemps dernier.

Selon ce portrait, 49% des garçons affirment être encore hésitants concernant leur choix de carrière, comparativement à 44% chez les filles.

«Peut-être qu’en l’absence de services d’orientation suffisants, les garçons décrochent après quelques sessions parce qu’ils voient moins d’intérêt à rester dans le réseau collégial», affirme Fred-William Mireault, président de la FECQ.

Ce dernier rappelle par ailleurs que les garçons sont plus faibles que les filles sur le plan scolaire.

«Pris au dépourvu»

Toujours selon le même sondage, ils sont moins nombreux à avoir eu une moyenne de plus de 85% au secondaire (19% comparativement à 27%).

«Souvent, ces étudiants-là se retrouvent davantage pris au dépourvu une fois rendus au cégep», lance M. Mireault.

Au cégep, les garçons sont aussi moins nombreux à avoir réussi tous leurs cours lors de la première session (62% comparativement à 72%).

Les compressions des dernières années n’ont rien fait pour améliorer la situation, puisque les services d’aide aux étudiants ont été touchés, selon le président de la FECQ.

Les étudiants réclament un réinvestissement accompagné d’une stratégie nationale comprenant des cibles de réussite, afin d’en arriver à une action concertée en matière de diplomation au cégep.

Dans la même catégorie