/regional/saguenay

Des infirmières à bout de souffle

Andréanne Larouche | TVA Nouvelles 

 - Agence QMI

Alors que la ministre de la Santé, Danielle McCann, cite le Saguenay–Lac-Saint-Jean en exemple pour son faible taux d’occupation dans les urgences, les infirmières de la région affirment être à bout de souffle en raison des heures supplémentaires.

«Je l’invite personnellement à venir rencontrer les professionnels en soins qui travaillent directement auprès de la clientèle, et qui sont épuisés, qui ont la broue dans le toupet, qui sont complètement débordés», a dit la présidente du syndicat des infirmières, Julie Bouchard.

Cette dernière n'accepte pas que la ministre affirme que les choses se passent bien dans les urgences de la région.

Selon Mme Bouchard, les heures supplémentaires et le temps supplémentaire obligatoire ont explosé durant la période des Fêtes. La situation a été particulièrement problématique pour les urgences de Chicoutimi, de La Baie et de Roberval ainsi que pour les unités de soins des hôpitaux de Dolbeau-Mistassini et de Chicoutimi.

Le syndicat déplore que le problème se répète année après année. «On ne veut pas rehausser notre équipe de base, qui tient le système de santé à bout de bras, sous prétexte qu’on a peur de payer des surplus à l’occasion», a soutenu Mme Bouchard.

De leur côté, les représentants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean estiment qu’ils étaient bien préparés, mais que des imprévus surviennent fréquemment durant la période des Fêtes.

Pour ce qui est du rehaussement des équipes de base, les autorités de la santé assurent que des améliorations sont à venir.

«Nous sommes justement dans l’implantation des nouvelles conventions collectives et dans ces travaux-là, il est prévu de rehausser les équipes de base, a précisé la porte-parole du CIUSSS, Joëlle Savard. Mais d’abord, on doit évaluer quels sont les besoins, dans quelles installations.»