/news/law

Son procès remis parce qu'elle n'a pas les moyens

Sophie Côté | Agence QMI

Une jeune femme qui fait face à une accusation inusitée, soit celle d’avoir conseillé à une autre femme de se suicider, a réussi à obtenir la remise de son procès pour une raison tout aussi peu commune.

Christina Henault, 22 ans, devait subir son procès mercredi, au palais de justice de Québec, pour menaces et pour avoir, «entre le 7 juillet 2017 et le 12 juillet 2017, à Pont-Rouge», conseillé à l’ex de son nouveau conjoint «de se donner la mort». Les menaces auraient été proférées par texto.

Remise pour motif d’indigence

L’accusée brillait par son absence hier dans la salle d’audience. Son avocat de l’aide juridique, Me Charles-Olivier Gosselin, a expliqué au juge du procès, Christian Boulet, que sa cliente n’avait trouvé aucune solution de transport pour se présenter, compte tenu de ses difficultés financières importantes.

La jeune femme réside à 300 km de Québec, à Deux-Montagnes, dans les Laurentides. Elle est sans voiture et sans permis de conduire.

Me Gosselin a demandé une remise du procès pour un motif d’indigence, ajoutant que l’accusée avait bon espoir d’avoir les sous pour faire le voyage dans quelques semaines.

Un premier juge avait déjà refusé la demande de remise de Henault avant Noël.

«C’est la première fois que j’ai une demande de remise pour ce motif-là», a noté le juge Boulet.

Me Mélanie Tremblay pour la poursuite s’y est fermement opposé, demandant plutôt qu’un mandat d’arrestation soit émis.

Demande accordée

Le juge Boulet s’apprêtait à rejeter la demande de la défense, mais a choisi de l’accorder après réflexion, en prenant en compte que la femme est sans antécédents judiciaires et qu’elle dit souhaiter se présenter à la cour pour subir son procès.

«J’ai confiance que malgré sa problématique importante, [...] qu’en bout de ligne, elle va être capable de se débrouiller [pour venir à la cour]», a-t-il dit.

Autrement, il aurait eu l’impression «d’embarquer dans une justice de pauvres et de riches», a-t-il mentionné.

Le procès a été fixé au 17 avril.