/regional/estduquebec/basstlaurent

À 20 mois, Emma fait un pied de nez au cancer

Stéphanie Gendron | Agence QMI

Une fillette de 20 mois atteinte d’une tumeur au cerveau surprend sa famille et les médecins tant sa guérison est rapide: dès les premiers traitements de chimiothérapie, plus de la moitié de sa tumeur avait disparu, ainsi que toutes les métastases. 

La nouvelle réjouit les parents de la petite Emma, Marie-Pierre Garon et Richard Deschênes, un couple de Mont-Joli, dont le quotidien s’est effondré l’automne dernier, à l’annonce de ce terrible diagnostic. 

La fillette, qui avait 18 mois lorsque ses parents ont appris la nouvelle, a rapidement subi des traitements de chimiothérapie au CHUL de Québec. Elle subira bientôt des autogreffes à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal. 

Or, dès la première série de chimiothérapie, la masse observée dans son cerveau avait diminué de 50 % et les métastases dans sa colonne vertébrale avaient complètement disparu. 

«Normalement, on s’attendait à ce que le premier bloc de chimio vienne stabiliser la maladie. Même les médecins étaient surpris», confie la mère d’Emma, Marie-Pierre Garon. 

Traitements difficiles 

Les traitements ont été difficiles pour la petite, pour qui jouer était devenu une corvée. 

Avant sa maladie, Emma marchait, mais aujourd’hui elle ne marche plus, à force d’être couchée dans un lit. Ses progrès sont toutefois encourageants. 

«Elle a repris du poil de la bête, on commence à la reconnaître. Au début, ouf ! on ne la reconnaissait pas du tout», ajoute sa mère. 

Marie-Pierre Garon et Richard Deschênes ont passé Noël à l’hôpital, car Emma faisait de la fièvre. 

Elle a toutefois eu un congé le jour de l’An pour passer quelques jours en famille au Manoir Ronald McDonald de Québec. 

Aide impressionnante 

Les parents, qui ont tous les deux cessé de travailler depuis la nouvelle du diagnostic, ont reçu de l’aide des grands-parents, qui se déplaçaient régulièrement à Mont-Joli pour s’occuper de l’autre enfant du couple, Alexis, 7 ans. 

Le petit changera d’école dans les prochains jours pour faciliter la routine. 

Ils ont aussi reçu un coup de pouce financier, grâce à une campagne de sociofinancement lancée par le parrain de la petite. 

L’opération a permis à ce jour d’amasser près de 30 000 $, ce qui constitue une bouffée d’air frais pour la petite famille.