/finance/homepage

La pénurie de cannabis pourrait s’étirer sur 3 ans

Pierre Couture et Pierre Couture | Journal de Québec

La pénurie observée dans les magasins de la Société québécoise du cannabis (SQDC) pourrait durer encore trois ans, estiment des experts. 

• À lire aussi: La SQDC ouvrira trois succursales les mercredis

• À lire aussi: Québec pourrait perdre gros avec la SQDC

«Personnellement, je pense que nous en avons encore pour trois années avant de trouver un réel équilibre», a indiqué au Journal le patron de la firme d’investissements Auxly Cannabis Group de Toronto, Chuck Rifici. 

Selon ce dernier, qui participait à la conférence AltaCorp Capital à Toronto il y a quelques jours, l’industrie canadienne du cannabis demeurera sous pression pendant quelques années en raison de la forte demande de la part des consommateurs partout au pays. 

Tablettes vides 

Depuis la fin octobre, les tablettes des 12 magasins de la SQDC sont pratiquement vides. La filiale de la SAQ a même été contrainte de diminuer les heures et les jours d’ouverture de ses magasins pour limiter l’accès aux clients. 

«Pour les producteurs, il y a un fort risque d’exécution alors que l’on demande à une industrie naissante de faire progresser très rapidement leur production de 5 à 10 fois», a-t-il laissé entendre. 

Chuck Rifici n’est d’ailleurs pas le seul à penser que l’industrie du cannabis en aura plein les bras au cours des prochaines années. 

Plusieurs grands investisseurs sont d’avis que l’industrie devra s’adapter à la demande et que cela demandera du temps et de la patience. 

Le président d’Organigram Holdings, Greg Engel, et le vice-président de la firme Valens GroWorks, Everett Knight, croient également que cela prendra de deux à trois ans pour répondre adéquatement à la demande du marché canadien. 

Un analyste qui suit le secteur du cannabis pour une importante firme d’investissements contacté par Le Journal n’est toutefois pas de cette opinion. 

«Je ne crois pas que cela va prendre trois ans. Ça va être très difficile d’ici la fin de 2019. Mais je pense que ça pourrait débloquer par la suite. On verra alors les prix baisser», a-t-il précisé. 

Selon l’Institut C.D. Howe, la production de cannabis au pays ne pourra répondre qu’à 38 % de la demande au cours des 10 prochains mois. 

Résultats absents 

Cette pénurie de cannabis a un impact direct sur les résultats financiers des grands producteurs inscrits à la Bourse de Toronto. 

Par exemple, le producteur ontarien Aurora a fait savoir mardi que ses revenus du deuxième trimestre seront en deçà des attentes des analystes. 

Aurora s’attend maintenant à déclarer des revenus entre 50 et 55 millions $ pour le trimestre plutôt que les 75 millions $ prévus. 

«On s’attend à ce que chaque producteur autorisé soit maintenant confronté à la croissance d’une industrie naissante en surmontant les goulots d’étranglement liés à la postproduction», a fait valoir l’analyste Martin Landry de la firme GMP Securities dans une note de recherche publiée aux investisseurs mardi.