/finance/homepage

Caroline Néron peut s’en sortir, dit Michel Nadeau

Agence QMI

Au bord de la faillite, la femme d’affaires Caroline Néron peut encore s’en sortir, estime l’expert en finance et gouvernance Michel Nadeau, qui la décrit comme «une femme courageuse et audacieuse».

• À lire aussi: Caroline Néron «a pris la bonne décision»

• À lire aussi: Caroline Néron au bord de la faillite

«C’est un accident de parcours, moi je pense qu’elle va réussir», a-t-il soutenu, en entrevue avec Mario Dumont, à LCN, vendredi.

«Elle a bâti une image très forte. C’est une très bonne vendeuse [...], mais elle devra rajuster [le tir]. Elle devra avoir un expert en finance et en gestion pour gérer les inventaires, et une partie de la cuisine de son organisation.»

L’ex-numéro 2 de la Caisse de dépôt et d’Investissement Québec, aujourd’hui directeur général de l’Institut sur la gouvernance (IGOPP), a rappelé que, comme créatrice, Caroline Néron a su développer une marque qui a très bien marché.

«Au Québec, il n’y a pas beaucoup d’autres marques, d’autres fabricants de bijoux», a-t-il illustré.

«C’est une femme courageuse et audacieuse, qui a réussi à bâtir quelque chose de très valable au Québec», a-t-il dit.

Reste que l’achalandage à la baisse dans les centres commerciaux et la forte concurrence des boutiques en ligne sont autant de facteurs qui n’ont pas aidé l’entreprise de Caroline Néron, a expliqué Michel Nadeau.

Jeudi, en entrevue avec TVA Nouvelles, la femme à la tête des magasins de bijoux portant son nom s'est confiée sur les difficultés financières de son entreprise: neuf des quatorze boutiques fermeront prochainement et 64 des 152 employés seront licenciés.

Les ventes ne sont pas le nœud du problème, la majorité des boutiques étant rentables, mais l’entreprise traîne de lourdes dettes.

«C’est une erreur de croissance», a évoqué M. Nadeau, en soulignant la complexité de gérer cette situation.

«Avec la croissance, l’entrepreneur doit être bon en finance, bon en comptabilité, en fiscalité, en politique municipale, bon en ressources humaines. Et c’est très difficile. Puis vous n’avez pas assez d’argent pour embaucher un VP en ressources humaines.»

M. Nadeau a tenu à souligner l’importance d’un conseil d’administration pour être appuyé et supporté. «L’entrepreneur est fondamentalement seul et prend un paquet de décisions dans plusieurs domaines», a-t-il illustré.

Dans la même catégorie