/finance/homepage

Des centaines de personnes manifestent contre GM à Windsor

Agence QMI

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté vendredi en soutien aux travailleurs de General Motors victimes de mises à pied annoncées par le constructeur automobile en novembre dernier.

À la fin novembre, GM a annoncé qu’elle fermera cinq de ses usines en Amérique du Nord en 2019, dont celle d’Oshawa, en Ontario, où travaillent environ 2500 syndiqués.

La manifestation, vendredi, a été organisée par Unifor, qui n’accepte pas que la fermeture de l’usine d’Oshawa soit une conclusion inévitable. L’événement a été tenu en bordure de la rivière Detroit, à Windsor, juste en face du siège social de GM situé de l’autre côté, à Detroit.

Jerry Dias, le président national d'Unifor, qui était sur place, a affirmé vendredi que les manifestants ont protesté contre «la décision impitoyable de GM de démolir les travailleurs et leurs familles, la communauté d'Oshawa et l'économie canadienne - non pas parce que l'entreprise doit le faire, mais parce qu'elle a choisi de le faire».

«General Motors est allée trop loin, a-t-il dit. Les investisseurs doivent comprendre les terribles conséquences de ce que GM fait en leur nom.»

Unifor accuse GM de mener une expansion au Mexique alors qu’elle élimine des emplois et de la production au Canada et aux États-Unis.

«Je comprends que tout le monde veut un juste retour sur leur investissement, mais les gens et les investisseurs institutionnels ont un choix à faire, a ajouté M. Dias. Peuvent-ils dormir la nuit en sachant qu'ils soutiennent une entreprise qui bafoue ses concitoyens canadiens et américains pour faire des profits excessifs en exploitant les travailleurs payés 2 $ l'heure au Mexique?»

Le syndicat réclame qu’une rencontre ait lieu entre la grande patronne de General Motors, Mary Barra, et les gouvernements ontarien et fédéral canadien «pour faire pression sur GM afin que l'entreprise revienne sur sa décision».

Dans la même catégorie