/regional/montreal/laval

Métro: le 450 ne veut pas être oublié

TVA Nouvelles

Alors qu’il a beaucoup été question de la ligne rose et de la ligne bleue du métro de Montréal au cours des derniers jours, les villes de Laval et de Longueuil ne veulent pas être oubliées.

La hausse d'achalandage dans le métro crée des situations pénibles à l'heure de pointe. À la station Montmorency, à Laval, les stationnements incitatifs étaient pleins à craquer vendredi midi.

• À lire aussi: François Legault veut accélérer le développement de la ligne bleue

• À lire aussi: Il faut désengorger le réseau de métro, plaide Valérie Plante

«Laval et la Rive-Nord, on a une augmentation de 46% des engorgements depuis 2014», explique Stéphane Boyer, vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval.

Le prolongement de la ligne orange fait d'ailleurs partie des projets étudiés par l'Autorité régionale de transport métropolitain.

«Un moment donné, c'est bien d'avancer de nouveaux projets, mais il faut aussi être capable de réaliser ceux qui sont sur la planche à dessin depuis longtemps, ajoute M. Boyer. Présentement, on est en discussion avec le ministère des Transports.»

Sur la Rive-Sud de Montréal, le prolongement de la ligne jaune est attendu depuis plus de 50 ans.

«On a longtemps attendu son prolongement, qui est dans les cartons depuis le début, il y a 50 ans, précise la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent. Le prolongement de la ligne jaune existe, les besoins sont grandissants.»

Madame Parent s'est d'ailleurs entretenue avec le ministre des Transports, François Bonnardel, récemment. Elle affirme ne pas avoir peur de se faire oublier par Québec.

L'achalandage du métro a augmenté de 5% en 2018. La STM s'attend à une augmentation de fréquence des passages de métro sur les lignes jaune et orange, en particulier à l'heure de pointe, dès le mois de mars.

Dans la même catégorie