/regional/sherbrooke/estrie

Une erreur médicale aurait pu coûter la vie d’un bébé

Alex Drouin | Journal de Montréal

 Un bébé de 2 mois est passé près de mourir à l’hôpital Fleurimont, en Estrie, en raison d’une erreur médicale impliquant du fentanyl.          

 Née le 31 octobre, la petite Alysse a été admise au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, dans l’arrondissement de Fleurimont, pour des problèmes respiratoires dans la nuit du 19 au 20 décembre.          

 Le poupon a bien failli y rester, non pas à cause de la pneumonie que ses parents soupçonnaient, mais bien en raison d’une surdose de fentanyl qui lui a été administrée par le personnel infirmier.          

 Les rapports médicaux obtenus par Le Journal sont d’ailleurs très clairs.          

 «J’ai mentionné aux parents qu’il y a eu une erreur dans le bolus de fentanyl», écrit le médecin dans son rapport.          

 Celui-ci a raconté l’incident aux parents 12 jours plus tard, selon la mère d’Alysse, Zabryna Delaney.          

 Les parents ont passé beaucoup de temps avec leur petite dernière, sans toutefois rester à son chevet la nuit, étant donné que la pièce dans laquelle se trouvait leur enfant était très petite.          

 C’est dans la nuit du 23 au 24 décembre qu’une infirmière aurait administré trop de fentanyl au bébé, un médicament que devait prendre Alysse pour ses propriétés thérapeutiques.          

 «Plutôt que d’inscrire le dosage dont ma fille avait besoin, l’infirmière s’est trompée et a indiqué son poids», a expliqué la mère de 21 ans.          

 Massage cardiaque          

 Peu de temps après avoir reçu la dose qui aurait pu lui être fatale, le rythme cardiaque de l’enfant a commencé à diminuer dramatiquement et le personnel médical a dû lui faire un massage cardiaque pour la maintenir en vie.          

 Lorsque les parents se sont présentés à l’hôpital, le lendemain, ils ont été informés que leur bébé « avait passé une mauvaise nuit » et qu’un massage cardiaque avait été pratiqué, sans toutefois mentionner l’erreur médicale.          

 Selon la mère, c’est le docteur qui s’occupe de sa fille qui a fini par découvrir pourquoi son cœur a éprouvé des difficultés pendant la nuit, en examinant plus attentivement son dossier médical, quelques jours plus tard.          

 «Il nous a dit que si notre fille avait été dans une autre chambre où elle n’aurait pas été branchée sur des machines [qui permettaient aux infirmières d’entendre son rythme cardiaque], elle serait morte», a raconté Mme Delaney avec émotion.          

 Des séquelles?          

 «Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons commenter les dossiers médicaux», a indiqué le service des communications du Centre intégré universitaire de santé et de service sociaux de l’Estrie — Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.          

 «Ma fille a reçu une dose qui aurait pu tuer un adulte, et c’est important que ce genre d’erreur ne se reproduise plus jamais», estime la mère, qui n’exclut pas la possibilité de poursuivre l’infirmière ou l’hôpital.          

 Le personnel médical l’aurait informée que cette erreur médicale pourrait avoir des séquelles sur sa fille, comme des troubles cognitifs ou de vision, mais qu’il était encore trop tôt pour le savoir.          

 Le bébé est toujours hospitalisé et devrait obtenir son congé jeudi prochain.         

  

  

Le Journal a obtenu le rapport médical d’Alysse Delaney Dussault, dans lequel on peut lire que le docteur a « mentionné aux parents qu’il y a eu une erreur dans le bolus de fentanyl ». On peut lire qu’il y a eu un « code bleu » pour la petite Alysse, ce qui signifie qu’elle a fait un arrêt cardiaque et respiratoire.

collaboration spéciale, Alex Drouin

Le Journal a obtenu le rapport médical d’Alysse Delaney Dussault, dans lequel on peut lire que le docteur a « mentionné aux parents qu’il y a eu une erreur dans le bolus de fentanyl ». On peut lire qu’il y a eu un « code bleu » pour la petite Alysse, ce qui signifie qu’elle a fait un arrêt cardiaque et respiratoire.

  

« J’ai mentionné aux parents qu’il y a eu une erreur dans le bolus de fentanyl. » « Erreur dans l’entrée de la dose. » – Un médecin

collaboration spéciale, Alex Drouin

« J’ai mentionné aux parents qu’il y a eu une erreur dans le bolus de fentanyl. » « Erreur dans l’entrée de la dose. » – Un médecin