/news/currentevents

14 ans plus tard, l’espoir de la retrouver est toujours vivant

Jonathan Tremblay | Agence QMI

La sœur de Mélina Martin, Roxanne Demers, et sa mère Françoise Algier tiennent dans leurs mains une photo usée par le temps de l’adolescente de 13 ans qui est portée disparue depuis le 23 janvier 2005, à Farnham.

Jonathan Tremblay

La sœur de Mélina Martin, Roxanne Demers, et sa mère Françoise Algier tiennent dans leurs mains une photo usée par le temps de l’adolescente de 13 ans qui est portée disparue depuis le 23 janvier 2005, à Farnham.

Les proches de Mélina Martin gardent espoir de la retrouver, malgré les 14 douloureuses années qui se sont écoulées depuis sa disparition à Farnham, dans de nébuleuses circonstances, en 2005. 

«C’est difficile de raviver le passé, mais on ne veut pas l’oublier», confie Françoise Algier, mère de Mélina Martin. 

Les membres de sa famille ne veulent pas cesser d’en parler, car l’incompréhension continue de les habiter. La douleur est toujours vive. Sa présence leur manque. 

Roxanne Demers tenait à souligner la fête de sa sœur, aujourd’hui même, le 12 janvier. Elle aurait 27 ans. Et le 23 janvier concordera avec le sombre 14e anniversaire de sa disparition. 

La dernière fois que Mme Algier a vu sa fille, c’était au moment de la conduire au parc Roch-Bourbonnais, pour une journée de festivités hivernales, en janvier 2005. 

«Elle voulait voir les chiens de traîneaux, se souvient la mère de famille, comme si c’était hier. Je lui avais donné rendez-vous à 17 h. Elle m’avait dit : “Oui, maman, je te le promets !” On n’a jamais eu de ses nouvelles depuis.» 

Le temps passé n’empêche pas Mme Algier d’avoir encore du mal à accepter l’absence de Mélina. «Quand mes enfants sont présents, je le sais qu’il en manque une.» 

À l’affût 

«Il y a encore de l’espoir», souligne Françoise Algier. Elle ne cache pas que l’émotion lui monte à la gorge chaque fois qu’une nouvelle hypothèse lui est soulevée. 

Partout où il passe, l’entourage de l’adolescente scrute les alentours, à l’affût du moindre indice. 

En novembre, des recherches nautiques ont été effectuées dans la rivière Yamaska. Les effectifs nécessaires ont été déployés sans hésitation par sa famille, qui ne rejette aucune piste. 

«Si on ne prend pas chaque détail reçu au sérieux, on ne la trouvera jamais», argue Roxanne Demers, 25 ans. 

Comme l’adolescente avait 13 ans à l’époque, sa disparition a longtemps été traitée comme une fugue, et non un enlèvement. C’est ce qu’avancent les proches. 

La fugue improbable 

De son modeste appartement rempli de photos usées de ses sept enfants, Françoise Algier n’en démord cependant pas. Sa fille, au style vestimentaire «bien à elle», n’a pas fugué. 

«Si Mélina avait voulu s’enfuir, elle n’aurait pas demandé à sa sœur d’amener ses enfants au parc», précise-t-elle. 

L’enquête est toujours ouverte, confirme la Sûreté du Québec. 

«Si elle lit cet article, qu’elle nous appelle. On ira la chercher. Il n’y a pas une porte qui va nous arrêter», conclut la mère de famille. 

Toute information permettant de retrouver cette personne peut être acheminée confidentiellement à la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264. 

Une commémoration de la disparition de Mélina Martin sera organisée par la Ville de Farnham à la fin janvier. Le 29 janvier, son histoire sera dévoilée dans la série Où es-tu ?, à Moi&Cie.