/news/currentevents

Accident d’autobus mortel: l’enquête s’annonce complexe

Amélie St-Yves - Agence QMI

Les enquêteurs passeront plusieurs détails sous la loupe avant de se prononcer sur ce qui a provoqué la collision entre un autobus et un abribus, qui a fait trois morts vendredi à Ottawa. 

«Cette enquête sera longue, détaillée et complexe», a précisé d’emblée le chef de la police d’Ottawa, Charles Bordeleau, en point de presse samedi. 

Vendredi à 15 h 50, un autobus à deux étages d’OC Transpo a foncé sur un abribus de la station Westboro. Le deuxième étage du véhicule a été lourdement endommagé sous la force de l’impact, l’autobus se retrouvant encastré dans l’installation. Trois personnes sont mortes et 23 autres ont été blessées. 

«C’était intense. Les gens criaient... J’ai vu deux ou trois corps passer au travers du pare-brise de l’autobus», a dit à CTV News le témoin Andrew Borle. 

Au lendemain du drame, en plus des trois décès, une personne était toujours dans un état critique, six personnes étaient dans un état sérieux et quatre étaient dans un état stable, à l’Hôpital d’Ottawa. 

Conductrice relâchée 

La conductrice de l’autobus a été arrêtée après le drame, mais a été relâchée sans conditions ni accusations. 

«C’est important que le public n’extrapole pas et ne suppose pas des choses dues à cette arrestation», a dit le chef Bordeleau. 

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

La police n’exclut toutefois pas que des «facteurs humains» aient pu jouer un rôle. 

Le témoignage de la conductrice sera mis à l’épreuve, selon l’expert en reconstitution de scènes d’accident Pierre Bellemare. 

«Cette personne a nécessairement été rencontrée pour avoir sa version des faits, et voir si sa version colle avec les éléments qu’on va retrouver sur la scène», a-t-il dit à TVA Nouvelles. 

Enquête laborieuse 

Des drones ont survolé la scène d’accident samedi pour prendre des photos aériennes avant que l’autobus ne soit remorqué un peu plus loin, en après-midi. 

Outre ces clichés, les enqêteurs devront examiner les images des caméras de sécurité, les inspections du véhicule, les conditions météo, en plus d’interroger des dizaines de témoins. La police d’Ottawa a d’ailleurs lancé un appel aux témoins samedi, et a insisté pour parler à chaque personne qui prenait place dans le véhicule au moment de l’accident, ainsi qu’aux gens qui se trouvaient à la station Westboro. 

Au maximum de sa capacité, l’autobus est d’une capacité de 90 personnes et les autorités estiment qu’il était presque plein. 

Des témoins ont rapporté que la chaussée était glissante, mais les enquêteurs amorcent les analyses, étape par étape, sans idées préconçues. 

L’identité des victimes n’a pas été dévoilée samedi. 

Le maire d’Ottawa Jim Watson n’était pas disponible pour une entrevue samedi, tout comme les dirigeants d’OC Transpo. 

«Tout le monde à OC Transpo garde aujourd’hui dans ses pensées et ses prières toutes les personnes touchées par la tragédie à la station Westboro», a mentionné l’organisation sur Twitter. 

D’autres accidents d’OC Transpo  

  • 13 juillet 2003: un autobus d’OC Transpo percute une voiture stationnée dans une voie pour autobus, en raison de problèmes mécaniques. Un bébé de 18 mois décède et son père est paralysé. 
  • 19 juillet 2003: un autobus à un étage d’OC Transpo percute un abribus. Personne n’est blessé. 
  • 2013: une collision entre un autobus d’OC Transpo et un train VIA Rail fait six morts, dont le conducteur de l’autobus.  

D’après le «Ottawa Citizen»

Dans la même catégorie