/news/society

Froid

Les touristes goûtent à l’hiver québécois

Dominique Lelièvre - Le Journal de Québec

Les touristes venus découvrir l’hiver à Québec en ont pour leur argent ce week-end : il fait froid, peut-être même trop pour certains, alors que la température ressentie approche -30.  

« C’est trop froid ! On ne peut pas le gérer ! » s’exclame la Brésilienne Ana Ramoas, rencontrée samedi sur la terrasse Dufferin, alors que la température ressentie était de -25 à 13 h.  

Frileux, les touristes étaient à leur décharge bien plus nombreux que les Québécois à venir tester la fameuse glissade qui se trouve près du Château Frontenac.  

« Il y a quelques braves qui sont là, mais le Québécois, lui, a tendance à être plus casanier, plus pantouflard, par une température comme ça », croit Marc Duchesne, propriétaire du kiosque alimentaire Au 1884, sur la place publique.  

« Il faut juste s’habiller et avoir le goût d’être dehors », a voulu nuancer la Sherbrookoise Martine Cormier, tout sourire, avec quelques amis venus passer la fin de semaine dans la Vieille Capitale.  

Pas exceptionnel  

Pourtant, « on est très loin des records », insiste le météorologue Denis Thibodeau. « C’est froid, mais statistiquement, de la mi-janvier au début février, c’est le temps le plus froid de l’année. On est au Québec en janvier », fait remarquer l’expert d’Environnement Canada.  

Il faut dire que la région de Québec a connu trois journées où le mercure est monté au-dessus du point de congélation depuis le début de l’année 2019. Le contraste est donc frappant. Québec se lèvera sous une température ressentie de -27 ce dimanche matin. Il ne fera pas plus de -13 °C en après-midi.  

« La bonne nouvelle, c’est que ça ne dure pas trop longtemps. Ça reste froid quand même jusqu’à lundi, puis ça va commencer à se réchauffer », affirme le météorologue.  

Tournage au grand froid  

Sur la terrasse Dufferin, samedi matin, la météo a également surpris une équipe de tournage venue du Mexique pour expérimenter, justement, l’hiver québécois.  

« Je ne vous cacherai pas que l’équipe [...] a trouvé ça difficile. Ils avaient les doigts gelés pas à peu près. Ils rentraient à l’intérieur avec leurs caméras, et ça givrait. Je pense que ça leur a pris trois fois le temps qui était prévu », a constaté Marc Duchesne, qui a supervisé le tout.

Dans la même catégorie