/news/society

Situation critique pour deux personnes souffrant de déficience physique

Pascale Robitaille

Michel Maalouf et Marie-Ève Vermette habitent le Domaine du Parc Savard, à Québec, où on leur promet des logements adaptés à leur condition et une présence quotidienne d'une équipe de soutien à domicile. 

C'est le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale qui a mandaté la Coopérative des services à domicile de Québec pour répondre aux besoins de base des usagers. 

Mais selon M. Maalouf et Mme Vermette, plusieurs situations critiques sont survenues au cours des cinq dernières années et ils n'en peuvent plus. 

«J’ai des sacs de stomie et ils décollent, et quand ils décollent j’ai besoin d’aide pour les changer. Quand j’ai sonné pour avoir de l’aide, on m’a dit: "nous allons venir quand nous pourrons". Ils sont venus trois heures plus tard. Mon sac a coulé sur moi et le lendemain j’ai dû me rendre à l’urgence parce que la peau de mon ventre était brûlée», a raconté Mme Vermette. 

Et les situations du genre seraient courantes, si bien que l'angoisse est quotidienne pour les deux usagers rencontrés par TVA Nouvelles, samedi. 

«Pendant une semaine complète, ils ne sont pas venus me coucher. Ils m’ont carrément oublié», a poursuivi Mme Vermette. 

«Si, des fois, personne ne vient me coucher, je panique. Je ne veux pas passer la nuit dans mon fauteuil», a renchéri M. Maalouf. 

Ils ont d’ailleurs manifesté leur mécontentement à plusieurs reprises auprès du CIUSSS de la Capitale-Nationale et de la Coopérative des services à domicile de Québec. Le manque de main-d’œuvre a été évoqué pour justifier les inconvénients dont Mme Vermette et M. Maalouf disent faire les frais. 

«On est actuellement à moins six personnes sur 27 dans nos effectifs. Ça se peut parfois qu’il y ait des délais, qu’on soit obligé de se recentrer vers les urgences», a expliqué Jordan Roy, directeur de la Coopérative des services à domicile de Québec. 

Michel Maalouf a d’ailleurs adressé une lettre à la ministre de la Santé, Danielle McCann. Il demande l'aide du gouvernement du Québec pour que la situation s’améliore.