/news/currentevents

Le froid intense complique les interventions des pompiers

Axel Marchand-Lamothe - Journal de Montréal

Le froid intense des derniers jours complique le travail des pompiers qui combattent des incendies dans des conditions parfois extrêmes, desquelles ils doivent se méfier pour éviter de se mettre en danger.  

Avec une température frôlant les - 20 degrés Celsius la nuit dans la région de Montréal, les sapeurs courent des risques qui demandent une adaptation constante.  

« On travaille avec de l’eau. Donc, physiquement, on parle d’engelure, de refroidissement et d’hypothermie », explique Benoit Martel, chef aux opérations pour le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).  

Hier, les pompiers montréalais ont dû affronter cinq incendies en quelques heures seulement. Pour éviter de trop exposer les combattants du feu aux caprices de dame Nature, des équipes supplémentaires sont rapidement déployées en renfort pour permettre des rotations.  

« On rappelle toujours à nos employés d’être habillés chaudement et d’avoir des vêtements de rechange. On retourne aussi le personnel à la caserne pour qu’il puisse se réchauffer, par exemple », ajoute Mathieu Lacombe, chef aux opérations pour le Service des incendies de Sainte-Thérèse, dans les Basses-Laurentides.  

En fin de soirée samedi, ils ont été appelés en assistance à leurs homologues de Blainville pour un violent brasier qui a complètement ravagé un bâtiment agricole désaffecté.  

Contraste  

« Il faut aussi penser au contraste de températures entre la chaleur que dégage le corps lors de l’intervention et le froid en sortant », poursuit M. Martel.  

Puisqu’il faut garder une alimentation constante en eau dans les boyaux pour éviter qu’ils ne gèlent, d’autres dangers guettent les sapeurs.  

Ils doivent se méfier des accumulations de glace sur leur équipement.

Photo courtoisie

Ils doivent se méfier des accumulations de glace sur leur équipement.

« De la glace se forme dans les escaliers et sur les toits, rappelle le pompier montréalais. On doit faire appel aux arrondissements pour étendre des abrasifs. »  

« L’équipement devient aussi plus lourd avec le poids de la neige et de la glace qui peut s’accumuler sur les vêtements de protection. On parle de 10 à 15 livres de plus, détaille M. Lacombe. Et, dès qu’on l’enlève, ça gèle. »  

Les outils à moteur, comme les scies à chaîne, sont aussi plus difficiles à faire démarrer, constate M. Martel.  

Les victimes  

« Mais, le pire, c’est de récupérer le matériel après l’intervention. On doit parfois utiliser des torches ou de la vapeur pour le libérer », soutient l’intervenant de la Rive-Nord.  

Les sinistrés sont généralement pris en charge dans des unités d’hébergement d’urgence ou encore par des pompiers auxiliaires bénévoles. Ces derniers offrent également des boissons chaudes aux sapeurs, un geste toujours apprécié, note M. Lacombe.  

Le SIM dispose également d’ententes avec la Société de transport de Montréal pour obtenir rapidement des autobus pour garder les citoyens à l’abri.  

La Croix-Rouge prend le relais, par la suite, auprès des personnes évacuées pour les loger et les vêtir temporairement.  

Six brasiers en quelques heures  

À Blainville   

-Vers 22 h samedi, un bâtiment de ferme désaffecté a été la proie des flammes sur le chemin de la Côte-Saint-Louis. Personne n’a été blessé, mais des pompiers d’un peu partout sur la Rive-Nord ont été appelés à circonscrire les flammes.    

À Montréal    

-Aux alentours de 1 h 30 dimanche, un duplex de bois et de briques de l’avenue De Lorimier dans le quartier Rosemont a été lourdement endommagé par un incendie causé par une chandelle dans le logement du deuxième étage. Les dommages sont évalués à plus de 100 000 $, mais aucune blessure n’était à déplorer.  

-Un immeuble résidentiel de deux étages de la rue Addington dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges s’est embrasé vers 2 h 20. Quatre personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge après l’incendie, et une personne a été légèrement blessée.  

-Un ancien lieu de culte en voie de reconversion en bâtiment résidentiel de la place Borden, dans le secteur Côte-des-Neiges, a brûlé vers 7 h 15. Le brasier, qui a causé pour 50 000 $ de dégâts, aurait débuté dans le plancher du rez-de-chaussée alors que l’endroit était inoccupé.  

-Un feu s’est déclaré un peu avant 15 h 30 dans une bâtisse de trois étages sur la rue Hyman à Dollard-Des Ormeaux, mais a été rapidement maîtrisé.  

-Les pompiers ont aussi été appelés à intervenir à 17 h dans un immeuble multi-logements de la 4e Avenue à Verdun.