/regional/montreal/montreal

Le nombre de personnes itinérantes pourrait augmenter

Sarah Daoust-Braun

DOSSIER-SUR-L-ITINÉRANCE-À-MONTREAL

Dominick Gravel/Agence QMI

Des organismes s’attendent à une augmentation du nombre de personnes en situation d’itinérance lors du dévoilement dans les prochaines semaines des résultats du dénombrement mené en avril à Montréal.

« On ne serait pas surpris [d'une augmentation]. Quand on compare l’achalandage dans les principaux organismes en itinérance, tout le monde déborde. Donc le chiffre ne sera sans doute pas plus petit », a indiqué dimanche le directeur général de l’Accueil Bonneau Aubin Boudreau.

Les résultats du dénombrement « Je compte MTL », mené au printemps 2018, devraient être connus au début du mois de février, a précisé son organisme. Un premier décompte avait eu lieu en 2015 où plus de 3000 personnes avaient été comptabilisées.

« On pense que oui il y a surement eu une augmentation [dans la dernière année], a ajouté Aubin Boudreau. On a hâte d’avoir les nouveaux chiffres pour pouvoir faire des comparaisons et mieux comprendre le profil des personnes en situation d’itinérance. »

La directrice des communications de la Mission Old Brewery Melissa Bellerose ne serait pas non plus surprise d’une hausse.

« On pense qu’on va voir une hausse du nombre de personnes à cause de la méthodologie améliorée. Et à la Mission Old Brewery, on accueille près 4000 personnes sans-abri chaque année. On estime qu’il y a plus de monde que cela en situation d’itinérance, c’est sûr et certain », a-t-elle soutenu.

Selon elle, les méthodes de décompte pourraient avoir permis de mieux cibler par exemple les autochtones ou les femmes, et les personnes sur un territoire plus élargi.

Visages de l’itinérance

La mairesse de Montréal Valérie Plante a souhaité attendre de voir les résultats du dénombrement avant de se prononcer sur une possible augmentation, mais a rappelé que le visage de l’itinérance était en train de changer.

« On ne change pas les façons de faire, mais on doit s’adapter dans les services et comment les choses sont faites, surtout quand il est question d’hébergement. Il y a des chances que ce soit plus nombreux [le nombre d’itinérants], à ce moment-ci j’ai hâte d’avoir les chiffres », a-t-elle déclaré.

Cette dernière était présente dimanche pour servir des repas chauds au traditionnel Dîner des rois de l’Accueil Bonneau.

L’ancien Hôpital Royal-Victoria doit d’ailleurs ouvrir ses portes mardi pour accueillir 80 lits d’urgence jusqu’en avril alors que les autres ressources d’hébergement débordent depuis le début du temps froid.

Dans la même catégorie