/news/society

Les autobus à deux étages sont-ils sécuritaires?

Amélie St-Yves - Agence QMI

FD-ACCIDENT-AUTOBUS-OTTAWA

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

La collision mortelle entre un autobus et un abribus survenue vendredi à Ottawa soulève des questions quant à la sécurité des autobus à deux étages.

Un autobus de ce genre, bondé, a foncé sur un abribus à la station Westboro d’Ottawa, vendredi à 15 h 50, faisant trois morts et 23 blessés. L’état de santé de la dernière victime dans un état critique s’est amélioré dimanche, mais cette personne était toujours dans un état jugé sérieux.

Des témoins ont raconté que la conductrice a dérapé sur une plaque de glace, et que l’autobus a ensuite monté sur le trottoir pour aller s’encastrer dans l’abribus d’un quai de la station.

L’accident soulève des questions et des chauffeurs ont brisé le silence.

«Les conducteurs n’aiment pas cet autobus-là, il est difficile à contrôler, surtout quand le vent les frappe», a dit l’ancien chauffeur pour OC Transpo Claude Gravel, à Radio-Canada.

Certains refusent carrément de conduire ces autobus à deux étages, selon ce qu’a confirmé, également à Radio-Canada, le représentant syndical des chauffeurs d’Ottawa, Clint Crabtree.

L’entreprise sensibilise pourtant les conducteurs d’autobus à deux étages à tout ce qui peut se trouver en surplomb, dès le départ.

«La première chose qu’ils nous ont enseignée était de rester absolument loin des structures aux stations parce qu’on ne passerait pas en dessous», a dit un conducteur de longue date au «Ottawa Citizen», sous le couvert de l’anonymat.

Distractions

Un autre chauffeur a relaté que les distractions sont nombreuses au volant de ces véhicules.

«Ils ont déplacé la caméra du deuxième étage [...] pour que ce soit dans le champ de vision. C’est une grande distraction. Il y a ce moniteur stupide que tu dois apprendre à ignorer. Une grande partie du métier de chauffeur d’autobus est d’apprendre à filtrer les distractions», a-t-il dit sous le couvert de l’anonymat au «Ottawa Citizen».

Les autobus à deux étages avaient été rappelés par le manufacturier britannique en 2013 pour améliorer le système de freinage, après une collision entre un autobus à deux étages et un train Via Rail qui a fait six morts, dont le conducteur de l’autobus. OC Transpo a reconnu qu’il y avait des lacunes aux freins, mais a nié que cela ait pu causer des problèmes de sécurité, a écrit le «Ottawa Citizen».

La flotte d’OC Transpo comporte 74 autobus à deux étages, selon le site web de l’entreprise.

Dans la même catégorie