/news/culture

Album «Ça va aller»

Denis Lévesque promet un spectacle «surprenant»

Yan Lauzon | Agence QMI

GEN-DENIS LEVESQUE ANIMERA LA 2500E DE SON EMISSION

COURTOISIE / TVA

Audacieux et assumé, l'animateur Denis Lévesque promet de dérouter les gens au printemps avec son spectacle «Ça va aller», aussi le titre de son deuxième album paru en novembre. 

«Quand je suis allé à CNN il y a 13 ans, on est allés voir des consultants américains qui nous ont demandé de résumer en un mot ce qu'allait être mon émission de télévision. Après deux-trois jours de "brainstorming", j'avais dit "I want to be surprising". Je voulais être surprenant. Alors, en un mot, mon "show" sur scène va être surprenant.» 

• À lire aussi: Une 2500e émission signée Denis Lévesque 

• À lire aussi: «Ça va aller» pour Denis Lévesque

• À lire aussi: Denis Lévesque : «C’est à cause de Michel Drucker!»

Celui qui vient de fêter la 2500e de son rendez-vous d'entrevues à LCN/TVA compte se permettre d'aller plus loin que ce qu'il propose actuellement devant les caméras. 

 «Je pense que ça va être encore un peu plus éclaté que mon émission parce que j'ajoute une dimension qui est la musique», a-t-il précisé. 

Amalgame 

Denis Lévesque a déjà bien amorcé la préparation de son spectacle durant lequel il veut proposer plusieurs choses et mêler les genres. 

«Ce n'est pas un "stand-up", pas un concert, pas une conférence, pas un talk-show... C'est un mélange de tout ça, a-t-il expliqué. Je pense que ça va désarçonner un peu, mais ça va être drôle. On va rire, on va pleurer, moi-même je risque de pleurer parce que je vais traiter de sujets dont je vais être bien ému... Je suis rendu là dans la vie.» 

Plus précisément, à quoi peut-on s'attendre?  

«Je vais avoir des extraits sur scène de mes meilleures émissions, mais surtout mon point de vue et des éléments de coulisses que les gens ne connaissent pas. En plus, je vais chanter une quinzaine de tounes.» 

Pas nerveux 

Même s'il est bien connu et aimé des téléspectateurs, Denis Lévesque ne ressent pas de pression à aller ainsi à la rencontre des gens. Au contraire, il a hâte de goûter à cette expérience 

.«Je perçois ça comme une soirée électorale. À la télé, le summum de l'adrénaline, c'est une soirée électorale. Pour moi, monter sur scène, ça va être comme une grosse élection» a-t-il illustré. 

Idem pour la nervosité qui ne fait pas partie de son vocabulaire.  

«Pour le contenu, je vais être avec de l'élite, le "top notch" de la musique. J'ai un metteur en scène, on va avoir des décors et j'ai un tas de choses à raconter, d'éléments visuels... J'ai tellement de "stock" que je n'aurai pas le temps d'être nerveux, je pense. (rires)» 

Avec «Ça va aller», Denis Lévesque est attendu au Capitole de Québec le 4 avril et à L'Impérial de Montréal le 11 avril. 

Dans la même catégorie