/regional/montreal/montreal

Elle retrouve son père mourant après 44 ans

Francis Pilon | Agence QMI

GEN-PERE-MOURANT

COURTOISIE/SANDRA TIRONE

Une Montréalaise qui a recherché son père toute sa vie l’a finalement retrouvé ce week-end, alors qu’il se trouve sur son lit de mort dans un hôpital en Colombie-Britannique.

«Il fait partie de moi et moi je fais partie de lui. On est comme des morceaux de casse-tête, tu ne peux pas avoir un sans l’autre. Il y a toujours eu une partie de moi qui a été manquante durant toutes ces années», a lancé Sandra Tirone, jointe par téléphone lundi, alors qu'elle était au chevet de son père.

George Tirone s’est séparé de sa femme quand sa fille n’était qu’un bébé. À l’époque, il a quitté sa famille pour trouver du travail. Ses proches l’ont ensuite perdu dans les brumes de l’Ouest canadien.

«Après 44 ans de séparation entre lui et moi, tout ça est surréel. C’est un miracle de le retrouver juste avant sa mort», a affirmé Mme Tirone, alors que son père était sur le point de décéder dans les prochaines heures.

Elle et son paternel, âgés aujourd’hui de 45 et 71 ans, se sont retrouvés samedi, entre les larmes et la joie, dans l’hôpital de Kelowna en Colombie-Britannique.

Un test d’ADN

Il y a 12 ans, Sandra Tirone a embauché un enquêteur privé pour retrouver son parent manquant. Un numéro de téléphone avait été trouvé, mais la démarche s’est révélée un échec.

«Quand j’ai appelé, une femme m’a dit que George n’a jamais eu d’enfant. À ce moment-là, je pensais que mon père ne voulait plus me revoir», s'est-elle rappelée.

Et puis, après avoir fait un test génétique pour connaître ses origines ancestrales et retracé sa famille sur le site «MyHeritage», l’espoir est revenu.

«J’ai réussi à contacter une de mes tantes avec mes recherches en décembre dernier. C’est elle qui m’a dit que mon père me cherchait depuis des années et qu’il fallait faire vite parce sa condition était critique dans un hôpital de Kelowna», a indiqué Mme Tirone.

Cet appel a été le moment tournant qui a changé sa vie. Sans hésiter, elle a pris un avion de Montréal vers la Colombie-Britannique avec son conjoint et deux de ses trois enfants.

«Ç’a été très émotif de le voir, mais aussi de le présenter à mes enfants. C’était important pour moi de savoir d’où je venais, ça n’a pas de prix. Tout ça est un miracle auquel je n’avais jamais pensé», a-t-elle mentionné.

George Tirone souffre, entre autres, d’une insuffisance cardiaque congestive, d'un œdème et de diabète. Samedi dernier, après les premières retrouvailles, le médecin a prévenu la famille que sa mort était prévue d’ici quelques jours.

«Il n’arrêtait pas de me dire comment il aurait aimé vivre plus longtemps, mais je suis contente de le retrouver juste à temps et il peut partir en paix maintenant», a souligné sa fille, avec émotion.