/news/politics

Maxime Bernier perd un allié de la première heure

Dominique Lelièvre | Le Journal de Québec

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

À quelques mois de l’un de ses plus grands combats politiques, Maxime Bernier a perdu, vendredi, un proche collaborateur qui était à ses côtés depuis le premier jour de la création de son parti.

Maxime Hupé, qui était aux premières loges de la fondation du Parti populaire du Canada (PPC) en septembre 2018, a annoncé vendredi qu’il quittait ses fonctions au sein de la formation politique de Maxime Bernier, afin de relever «de nouveaux défis». Il était directeur des opérations digitales.

• À lire aussi: Une tribune controversée pour le premier «gros» discours de Bernier

• À lire aussi: Déjà 31 500 membres pour le parti de Maxime Bernier

• À lire aussi: Un cours de CO2 101 pour Maxime Bernier

Celui qui a été directeur des communications de l’équipe Bernier pendant la course à la direction du Parti conservateur du Canada en 2017 a assuré au «Journal de Québec» qu’il partait en bons termes avec le PPC et son chef. Il évoque des raisons familiales et personnelles.

«C’est très simple. On attend un deuxième enfant, ma femme et moi. On voulait avoir un horaire un peu plus stable», a-t-il expliqué, assurant qu’aucun désaccord ne se cache derrière ce départ.

Année électorale

«J’étais rendu à une place différente dans ma vie. Je suis certain que Maxime et le Parti populaire seront en mesure de trouver quelqu’un qui va me remplacer avec brio», a-t-il dit.

En pleine année électorale sur la scène fédérale, la première du PPC, Maxime Bernier perd donc l’un de ses alliés de la première heure.

Maxime Hupé a géré ses communications lorsqu’il se battait pour le poste de chef conservateur et qu’il faisait face à un fort vent d’opposition dans sa propre circonscription pour avoir proposé d’abolir la gestion de l’offre. C’est finalement Andrew Scheer qui a remporté la course.

Lorsque Maxime Bernier a claqué la porte des conservateurs pour ensuite présenter au public son propre parti, en septembre dernier, M. Hupé a encore levé la main pour lui apporter son soutien.

L’un des seuls employés

Il était même l’un des deux seuls employés de la jeune formation politique au moment de sa création, avec Martin Masse, un proche conseiller et ami de M. Bernier.

M. Hupé insiste pour dire qu’il aurait «bien aimé» être du prochain combat, lors des élections fédérales en octobre prochain, mais que sa situation familiale l’a incité à faire d’autres choix.

Dans une publication sur sa page Facebook, il s’est dit fier du travail accompli par le PPC depuis quelques mois, notamment la fondation d’associations dans les 338 circonscriptions fédérales.

Dans la même catégorie