/regional/estduquebec/basstlaurent

Nouvelle écoroute dans le Bas-Saint-Laurent

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Une deuxième écoroute, prévoyant un nouveau mode d'entretien plus écologique, a été implantée cet hiver dans le Bas-Saint-Laurent par le ministère des Transports.

Le programme a été implanté sur quatre kilomètres sur la route 195 à Saint-Zénon-du-Lac-Humqui, dans la Matapédia.

Les interventions de grattage sont intensifiées dans l'optique de réduire les impacts de l'utilisation des sels pour l'écosystème sur des zones plus vulnérables.

La sécurité demeure une priorité pour le ministère des Transports lorsque vient le temps d'implanter une écoroute. Des analyses sont aussi effectuées avant de mettre en place ce genre de mode d’entretien hivernal, notamment au regard de la configuration de la route.

Il s’agit du deuxième tronçon à être entretenu de cette manière en saison hivernale dans le Bas-Saint-Laurent, après celui de Lac-au-Saumon.

L’implantation des écoroutes se fait en collaboration avec les municipalités concernées. Leur adhésion est nécessaire.

«Le ministère avait rencontré la municipalité dans les derniers mois pour voir leur intérêt, a expliqué Sophie Gaudreault, porte-parole du ministère des Transports. Les gens de la municipalité étaient très ouverts et partants pour le projet. Ça été mis en place. On a également rencontré les gens des différents services d’urgence. C’est le premier hiver qu’on l’essaie. On fait des surveillances comme partout. On va surveiller pour voir comment ça répond.»

Initiative qui pourrait se multiplier

D'autres écoroutes pourraient être implantées par le ministère des Transports à travers la province au cours des prochaines années. Un plan d’action en ce sens a été adopté pour les cinq prochaines années.

Les différents projets pilotes réalisés au cours des dernières années se sont avérés concluants avec ce mode d’entretien. L’utilisation de sels de voirie a considérablement diminué sur les tronçons testés. Les écoroutes n’ont pas nécessité plus de sorties des déneigeuses ni même une surveillance plus accrue des secteurs concernés.

Le MTQ a même constaté une petite diminution du nombre d’accidents sur les écoroutes.