/regional/montreal/montreal

Record de participation pour le chemin Camillien-Houde

Kariane Bourassa | TVA Nouvelles

L’interdiction de passage des voitures sur le chemin Camillien-Houde est le projet le plus controversé étudié par la Ville depuis près de 20 ans.     

Des records de participation ont d’ailleurs été enregistrés lors des récentes consultations publiques sur ce projet mené à l’automne, après le décès du jeune cycliste Clément Ouimet.     

Jusqu’à présent, 12 337 personnes se sont prononcées sur le sujet, du jamais vu à Montréal. On a même doublé le record de participation établi lors des consultations sur le Plan directeur d'aménagement et de développement du parc Jean Drapeau (plus de 5000 participations).    

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a reçu près de 2000 mémoires. Les citoyens pouvaient également s’exprimer en ligne et certains ont été directement sondés sur la rue, près de la montagne.     

«Quand on a un sujet qui est excessivement controversé, et qu’on rend la participation citoyenne facile, dans ce cas précis pour Camillien-Houde, ils pouvaient s’exprimer en ligne, on avait des ateliers en personne, on pouvait déposer des mémoires, répondre à des questionnaires en ligne. Ça fait que c’est plus facile pour les citoyens de participer, mais c’est sûr que la controverse joue un très grand rôle», explique Dominique Ollivier, présidente de l’OCPM.  

Rappelons que la circulation automobile a été interdite entre le 2 juin et le 31 octobre dernier. Seuls les véhicules d’urgence, les autobus de transport collectif et les cyclistes pouvaient alors transiter par le mont Royal.     

Pas de rapport avant avril     

Le rapport qui découle des consultations publiques devait initialement être présenté en février, mais en raison du taux de participation exceptionnel, il devrait plutôt voir le jour en avril.     

«C’est exactement pourquoi on l’a envoyé à l’OCPM, pour recueillir les commentaires, s’est enthousiasmée la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Non seulement pour le projet pilote, mais je voulais entendre ce que les Montréalais ont à dire sur l’avenir de leur montagne. Pour moi, c’est une très bonne nouvelle.»    

  

  

La mairesse de Montréal n’est pas surprise par la controverse entourant le projet. Elle s’est toutefois engagée à respecter les recommandations de l’OCMP.    

«La question de la sécurité, je ne vais jamais la laisser tomber. J’ai espoir que l’OCPM va nous donner de la matière pour s’assurer que l’ensemble des besoins sont comblés et qu’on peut accéder à la montagne en ne mettant jamais la sécurité des personnes en jeu.»    

Au total, près de 10 000 voitures circulent dans ce secteur chaque jour.      

Dans la même catégorie