/regional/saguenay

Pas d’étude environnementale globale pour le projet GNL Québec

Le gouvernement Legault ferme la porte à une étude environnementale globale sur le projet de GNL Québec, qui vise à construire un gazoduc reliant l’Ontario au Saguenay ainsi qu'une usine de liquéfaction du gaz naturel.

Le projet, de plus de 10 milliards $, prévoit la construction d’un gazoduc de plus de 700 kilomètres à partir de l’Ontario jusqu’à une future usine de liquéfaction du gaz naturel au port de Grande-Anse, à Saguenay.

Comme les promoteurs, le gouvernement estime qu’il n’est pas possible de réaliser une seule étude globale sur le gazoduc et l’usine de liquéfaction, puisqu’ils ne seront pas construits par les mêmes entreprises.

Il y aura donc deux études distinctes sur ces deux parties du projet.

Cette décision ne fait pas l’unanimité. Plusieurs dénoncent le fait que ces deux analyses ne permettront pas de connaître les vrais impacts environnementaux de l'ensemble du projet.

«M. Legault dit qu’il est sensible à l’environnement, qu’il pense à ses enfants. Qu’est-ce qu’il va dire à ses enfants? Qu’il n’a pas pu faire l’étude globale pour des raisons administratives?», se questionne Anne Gilbert-Thévard de la Coalition Fjord.

«On a beau dire que ce sont deux projets différents, moi, quand ce sont les mêmes actionnaires, ça me dit que c’est un seul et même projet. Alors il faut absolument qu’il soit étudié dans son ensemble», a indiqué la chef parlementaire de Québec Solidaire, Manon Massé.

«On ne peut pas dissocier ces deux projets-là, croit aussi le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault. Il y a un impact cumulatif de l’extraction du gaz jusqu’à l’exportation. Alors il faut que ce soit considéré dans la même évaluation.»

La députée caquiste de Chicoutimi et ministre des Affaires municipales, André Laforest, a défendu la décision de son gouvernement. «Une analyse globale, c’est beaucoup plus long, a souligné Mme Laforest. Il y a beaucoup plus de particularités. Alors pour le délai de temps, on veut y aller le plus rapidement possible. C’est un projet important.»

Quant au nouveau ministre de l’Environnement, Benoit Charette, il n’a pas voulu faire de commentaire mardi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.