/regional/montreal/montreal

La concentration de particules fines particulièrement élevée à l’aéroport Montréal-Trudeau

TVA Nouvelles

L’auteure d’une étude qui révèle que la concentration de particules fines, nuisibles à la santé, est très élevée dans le secteur où se trouve l’aéroport Montréal-Trudeau se défend d’être alarmiste.

Dans son laboratoire de l'Université McGill, docteure Parisa Ariya explique qu'on a utilisé six appareils différents et développé une nouvelle technologie.

• À lire aussi: Des citoyens veulent faire cesser les vols de nuit à Pierre-Elliott-Trudeau

«On a été capables de ne pas justement savoir leur taille exacte et leur distribution et leur abondance, mais aussi les propriétés, plusieurs propriétés chimiques, propriétés morphologiques et surface en plus, soutient Dre Ariya, professeure de chimie. C'est ça qui était pas fait auparavant.»

Les résultats sont maintenant publics: à l'aéroport, où l’on enregistre plus de 220 000 mouvements aériens, décollages et atterrissages, la densité des nanoparticules atteint deux millions par centimètre cube.

On y retrouve des produits toxiques et plusieurs métaux dits émergents, le zinc, le nickel, le chrome, l'arsenic et le plomb.

Les nanoparticules sont une priorité tant pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS) que pour le GIEC, le Groupe d'experts sur l'évolution du climat.

Les chercheurs savent bien qu'ils observeraient des nanoparticules à l'aéroport. Ce qui les a surpris, c'est leur forte concentration, plus élevée que sur une autoroute ou au centre-ville, à l'heure de pointe.

«Les nanoparticules, en effet, et la pollution atmosphérique sont liées à huit millions de morts prématurées par année dans le monde chaque année», affirme Dre Ariya.

La chercheuse estime qu'il faudrait maintenant mener une étude de santé intégrée et complète. Son équipe a aussi remis à Aéroports de Montréal une liste de suggestions.

«Pour l'environnement, il faut que, tous, on travaille ensemble, sinon c'est nos enfants et nos petits-enfants et notre planète qui sont en danger», ajoute la professeure de l’Université McGill

ADM a d'ailleurs contribué financièrement à l'étude.

Dans la même catégorie