/news/politics

Legault demande à Trudeau un rapport d’impôt unique

Charles Lecavalier | Le Journal de Québec

François Legault demande à Justin Trudeau un rapport d’impôt unique administré par le Québec, à moins d’un an des élections fédérales.      

«On va parler d’économie, d’immigration, de la réduction temporaire des seuils d’immigration, et aussi d’un rapport d’impôt unique pour que les Québécois aient un seul rapport d’impôt à remplir», a affirmé le premier ministre du Québec jeudi lors d’une rencontre avec M. Trudeau à Sherbrooke. Pour M. Legault, il s’agit d’une promesse électorale.      

Le premier ministre du Canada et son conseil des ministres sont en retraite en Estrie pour faire le point sur cette année électorale.      

Justin Trudeau a déjà rejeté du revers de la main cette proposition en mai dernier, lorsque l’Assemblée nationale du Québec avait voté une motion unanime pour soutenir une déclaration de revenus unique administrée par le Québec. «Il y a eu unanimité à l’Assemblée nationale? Mon Dieu, ça n’arrive jamais ça!», avait-il ironisé. 

• À lire aussi: La réduction des seuils d’immigration au Québec ne sera «pas facile», dit le gouvernement Trudeau 

Les libéraux fédéraux font valoir que l’Agence de revenu du Canada a une expertise difficile à remplacer et que plusieurs emplois au Québec en dépendent.      

Scheer dit oui      

D’autres partis sont toutefois favorables à l’idée. Le chef conservateur Andrew Scheer a confirmé l’été dernier sa volonté d’entamer des pourparlers avec le gouvernement du Québec au sujet d’une déclaration d’impôt unique s’il accède au pouvoir en 2019.      

«Les Québécois sont tannés de devoir remplir deux déclarations de revenus chaque année et de devoir faire affaire avec l’Agence du revenu à Ottawa d’un côté, et Revenu Québec de l’autre», disait M. Scheer lors d’une tournée du Québec. Le NPD soutient également l’idée, tout comme le Bloc québécois.      

En plus de l’immigration, de l’économie et de fiscalité, M. Legault doit également aborder la question du financement du prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal. Rappelons que le gouvernement du Québec demande 300 M$ pour compenser l'afflux de réfugiés ainsi qu'une réduction temporaire des seuils d'immigration.