/news/currentevents

Questionnement sur la sécurité des autobus à deux étages: la Ville d’Ottawa réagit

Agence QMI

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

La Ville d’Ottawa assure que ses autobus à deux étages comme ceux impliqués dans l’accident qui a fait trois morts et 23 blessés la semaine dernière et un autre accident qui a coûté la vie à six personnes en 2013 sont bien conçus et respectent les exigences des différentes instances au Canada.

Jeudi, le journal «Ottawa Citizen» rapportait qu’un autobus de démonstration fourni par la compagnie britannique Alexander-Dennis, le constructeur du véhicule, avait obtenu de piètres résultats lors d’essais sur une piste enneigée à Blainville en 2007, plusieurs années avant qu’OC Transpo – la société de transport en commun d’Ottawa - ne commence à incorporer des autobus de ce type dans sa flotte.

Par exemple, lorsque le test du changement de voie double a été fait à 50 km/h, à une température de -20 degrés Celsius, le chauffeur du bus a indiqué que l’exercice n’était pas sécuritaire à cette vitesse, a rapporté le «Ottawa Citizen», citant le rapport écrit par le Conseil national de recherches du Canada qui avait mené les essais.

Cela n’a pas empêché OC Transpo de procéder à l’achat de plusieurs dizaines de ces autobus à deux étages jusqu’à maintenant, a souligné le «Ottawa Citizen», observant que les limites de vitesse sur les voies réservées aux autobus à Ottawa sont de 50 km/h et plus.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, également cité dans l’article du journal, a insisté pour dire que ces autobus sont sécuritaires en hiver, expliquant que le Conseil national de recherches avait fait des recommandations sur les freins, notamment, et qu’il y a eu un suivi.

Vendredi, la Ville d’Ottawa est revenue sur le sujet, en transmettant aux médias une note de service signée par M. Manconi comportant des extraits du rapport du Conseil national de recherches.

«Le rendement de l’autobus sur une chaussée recouverte de neige ne devrait pas être une préoccupation dans la décision de la Ville entourant ses projets d’achat d’autobus, dit un extrait du rapport. Si la Ville achète ce modèle d’autobus à deux étages, il est recommandé d’inclure l’option du système de traction assistée ou d’ajouter un système de contrôle électronique au système de freinage antiblocage, considérant que l’un et l’autre amélioreraient considérablement la mobilité sur la chaussée avec un coefficient de friction moindre.»

La Ville d’Ottawa a souligné que, «comme le recommandait le CNR, les premiers autobus à deux étages mis en service [...] étaient équipés d’un système de freinage antiblocage et d’un système de contrôle de la traction automatique». «Les modèles d’autobus introduits en 2015 et 2017 étaient équipés d’un système de freinage électronique ainsi que d’un système de contrôle de la traction automatique, ce qui correspondait une fois de plus aux normes les plus strictes contenues dans les recommandations du CNR.»

Le directeur Manconi souligne dans sa note de service que ses autobus à deux étages ont été conçus pour tenir compte des conditions d’utilisation propres à Ottawa et qu’ils sont «conformes aux exigences de tous les règlements fédéraux et provinciaux au Canada».

Dans la même catégorie