/news/world

Le corps de Christine St-Onge toujours au Mexique

Axel Marchand-Lamothe | Le Journal de Montréal

La dépouille de la Québécoise présumément assassinée par son compagnon au Mexique il y a près de deux mois n’a toujours pas été rapatriée au pays, au grand désespoir de sa famille qui se dit exaspérée des informations contradictoires qu’elle reçoit.   

• À lire aussi: Christine St-Onge piégée par un grand manipulateur 

• À lire aussi: Elle aurait été battue à mort par son copain 

 « On s’est battu très fort pour ravoir le corps de ma sœur. On a été très patient, mais là, il est temps que les choses bougent », déplore Annie St-Onge en entrevue avec Le Journal.   

 Sa sœur Christine, 41 ans, aurait été tuée à Puerto Los Cabos autour du 5 décembre alors qu’elle était en voyage avec une fréquentation de quelques mois, Pierre Bergeron. Ce dernier s’est enlevé la vie à son retour au Canada, le même jour.  

<b>Christine St-Onge</b></br>
<i>Décédée</i>

Photo tirée de Facebook

Christine St-Onge
Décédée

 Le 13 décembre, les autorités mexicaines affirmaient avoir retrouvé le corps en décomposition de l’experte en après-sinistre sur un terrain de golf adjacent au complexe hôtelier où le couple a séjourné.  

 Depuis, les St-Onge se disent pris au cœur d’une partie de ping-pong bureaucratique entre les multiples instances impliquées dans le dossier.  

 Autant Affaires mondiales Canada, policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de la Sûreté du Québec (SQ) que leur député fédéral, Angelo G. Iacono, ne tiendraient pas toujours le même discours.   

 Réponses incohérentes  

 « On n’a pas l’impression d’avoir l’heure juste. Les différents intervenants ne semblent pas se parler entre eux. L’information ne circule pas et les réponses à nos questions ne sont pas toutes cohérentes », affirme Annie St-Onge.   

 D’abord, le Mexique a simplement voulu enterrer la dépouille de la victime qui demeurait à Laval. Après des négociations, les autorités ont concédé à la famille d’incinérer le corps puis de leur permettre de ramener les cendres au pays.   

 Quelques jours plus tard, les Mexicains souhaitaient plutôt faire des expertises supplémentaires et ont demandé à Mme St-Onge de se rendre sur place.  

 D’autres tractations ont finalement permis de faire traiter un échantillon de sang d’Annie St-Onge au Québec le 26 décembre par le Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale à Montréal.  

 Le rapport a été envoyé au Mexique vers le 9 janvier et des développements devaient avoir lieu deux semaines plus tard.  

 Encore de l’attente  

 Hier, la dépouille de la mère de deux garçons n’avait même pas encore été transférée à la maison funéraire mexicaine pour la crémation et Mme St-Onge s’inquiète de voir de nouveaux retards s’ajouter.   

 « On est capable de vivre avec des délais si on a confiance en ce qu’on nous dit. On est capable de comprendre pourquoi, si on nous l’explique », ajoute-t-elle, bien consciente que le gouvernement local a le dernier mot.   

 Elle ne veut jeter le blâme sur personne, mais aimerait bien que les représentants canadiens mettent un peu plus de pression sur leurs homologues pour enfin arriver à une conclusion.   

 10 dates  

 ►29 novembre  

 Christine St-Onge arrive au Secrets Puerto Los Cabos au Mexique avec son conjoint Pierre Bergeron.  

 ►4 décembre  

 Dernière communication de Christine St-Onge avec sa famille.  

 ►5 décembre  

 Pierre Bergeron revient au pays et s’enlève la vie.  

 ►6 décembre  

 Retour prévu de Christine St-Onge, mais elle n’est pas dans l’avion alors que sa famille l’attend à l’aéroport.  

 ►13 décembre  

 Les policiers mexicains affirment que le corps de Christine St-Onge a été retrouvé à proximité du complexe hôtelier.  

 ►14 décembre  

 La famille St-Onge reçoit une soumission pour la crémation du corps et l’autorisation des autorités pour rapatrier les cendres.  

 ►21 décembre  

 Après plusieurs négociations, le Mexique souhaite maintenant réaliser des comparaisons ADN.  

 ►26 décembre  

 Sa sœur Annie St-Onge donne un échantillon de sang pour l’analyse au Québec.  

 ►9 janvier  

 Le rapport est transmis aux autorités mexicaines.  

 ►19 janvier  

 La famille n’a toujours pas de date définitive pour le retour du corps de Christine St-Onge.

Dans la même catégorie