/news/society

Bientôt des ceintures pour les écoliers

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI

Transport d'écoliers.

Prod. Numérik - stock.adobe.com

Les autobus scolaires canadiens pourraient être bientôt munis de ceintures de sécurité, a annoncé lundi le ministre des Transports du Canada Marc Garneau, après une rencontre avec ses homologues provinciaux et territoriaux à Montréal.

Le ministre a affirmé être convaincu que ces ceintures augmenteraient la sécurité des écoliers, mais a déclaré qu’il faudrait d’abord mener des projets pilotes pour définir les modalités d’installation et d’utilisation de ces ceintures.

«Dans un autobus qui peut avoir jusqu’à 90 sièges, avec des petits enfants de 4 ans et des grands enfants de 15 ans, qu’est-ce qu’on doit faire pour s’assurer que la ceinture est bien bouclée, bien attachée? [...] Qu’est-ce qu’il faut faire dans une urgence lors de laquelle il faut évacuer [le véhicule] rapidement?», a-t-il soulevé en guise d’exemple.

Un groupe de travail composé des divers ministères des Transports du pays, ainsi que de commissions scolaires et de fabricants d’autobus, se penchera sur la question.

Sans donner d’échéancier précis, le ministre a affirmé qu’un an lui semblait être un délai raisonnable pour mener ces études, et qu’on pourrait même en venir à une conclusion «peut-être plus vite».

Standards pour les camionneurs

Les règles pour obtenir un permis pour conduire un camion, qui sont différentes partout à travers le pays, seront par ailleurs harmonisées d’ici janvier 2020.

La tragédie de Humboldt, lors de laquelle 16 personnes ont perdu la vie l’an dernier dans un accident entre un camion et un autobus qui transportait une équipe de jeunes joueurs de hockey, a secoué la Saskatchewan, qui exigera à partir du mois de mars 121 heures de formation pour l’obtention du permis de classe 1. Aucune heure de formation n’est requise actuellement pour les conducteurs qui veulent passer l’examen.

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a dit qu’il attendrait de voir quels seront les standards minimaux requis, mais a souligné que la province a déjà une «bonne formation pour les conducteurs de camions».

Au Québec, pour tenter d’obtenir ce permis, il faut avoir réalisé un DEP en transport par camion ou avoir suivi un programme de 300 heures de conduite sur le chemin public avec un tel véhicule, dont 40 heures dans une école de formation.

Voitures électriques

Le ministre Garneau a par ailleurs souligné que selon les cibles de son gouvernement, les véhicules à émissions nulles devraient constituer 10 % des ventes en 2025, puis 30 % en 2030 et carrément 100 % en 2040.

«Sur ce sujet, il n’y a pas eu un consensus unanime, et le gouvernement fédéral devra maintenant considérer ses options en tenant compte des positions exprimées aujourd’hui par les provinces et les territoires», a-t-il toutefois annoncé à la fin de la réunion.

Le Québec est par exemple favorable à cette mesure, alors que l’Ontario a mentionné de son côté vouloir défendre les travailleurs de l’automobile et les créateurs d’emploi.

Dans la même catégorie