/sports/homepage

«Il n'y avait aucun respect sur la glace» - Julien Gauthier

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

La ligue de hockey senior AAA du Québec (LHSAAAQ) attire encore une fois les projecteurs pour les mauvaises raisons. Quelques jours après une bagarre générale qui a dégénéré, Julien Gauthier, l'un des joueurs roués de coups sur la patinoire, s'apprête à porter plainte à la Sûreté du Québec. 

Julien Gauthier a l'œil gauche tuméfié. Il n'est simplement pas capable de le garder ouvert. Depuis vendredi, il ne mange plus. Il a la nausée et des étourdissements intenses. Dans un revers de 4 à 2 du Métal Perreault de Donnacona contre les Loups, à La Tuque, Robby Petiquay l’a sévèrement blessé. 

«J'ai subi une fracture du nez et une bonne commotion cérébrale. Ce qui me fâche, c'est que je ne l'ai jamais vu arriver», a indiqué Gauthier, avant d’expliquer les événements. 

«J'étais accroché avec un joueur. Quand celui-ci est parti, j'ai patiné vers le centre de la glace pour aller en agripper un autre. C'est ce qu'on fait dans les bagarres générales pour éviter qu'un homme se retrouve libre et fonce sur un de nos coéquipiers mal en point. Pendant que je patinais seul, Petiquay est arrivé du coin de la patinoire. Je n'ai pas eu le temps de réagir. Dès que j'ai tourné la tête, j'ai vu son poing arriver. C'était une attaque sans respect.» 

Les images sont sans équivoque. Gauthier n'avait manifestement pas l'intention de se battre avec Petiquay. 

«J'ai déjà été impliqué dans quelques bagarres générales dans ma carrière et c'est toujours comme ça. Tu agrippes un gars. S'il veut se battre, tu y vas. S'il n'est pas consentant, tu le respectes. Les gars se parlent avant de se frapper. Ce n'est pas ce qui est arrivé.» 

Un récidiviste 

Le préfet de discipline de la LHSAAAQ a confirmé que Petiquay sera suspendu. Ne reste qu' à déterminer pour combien de matchs. Petiquay a pu réintégrer la LHSAAAQ sous conditions après un violent coup de bâton porté au visage d'un adversaire en janvier 2016. 

Une suspension pourrait aussi être imposée à Yves Girard, des Loups, qui est intervenu comme troisième homme sur une autre bagarre visible dans la même séquence vidéo.

«Il faut que ça arrête. Il faut surtout que ça n'en reste pas là. Je suis émondeur, j'ai besoin de toute ma tête et mon corps pour travailler. Je ne pourrai pas gagner ma vie durant trois semaines à un moins au minimum. Pour moi c'est clair, je vais porter plainte à la Sûreté du Québec. Un coup de poing comme celui-là, dans ces circonstances, c'est criminel», a soutenu l'athlète. 

L'histoire se répète 

Il ne sera pas le premier à porter plainte. En mars 2014, Michael Dupuis a été arrêté par les policiers (sans toutefois être accusé au criminel) pour avoir tabassé Marc Antoine Boucher, le fils de l'Olympien Gaëtan Boucher. 

En février dernier, Philippe Mailhot a été condamné à une peine de travaux communautaires pour avoir sauvagement battu Louis-Étienne Leblanc du BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston. 

Ce dernier n'avait manifestement pas l'intention de se battre et fuyait Mailhot, bâton de hockey à la main, pour tenter de le garder hors de portée. Moins d'une minute plus tard, il était terrassé avec de multiples fractures au visage. Il a intenté un recours civil après l'agression. 

À la suite de ce match, le Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon avait été expulsé du circuit.