/news/society

Le nouveau Guide alimentaire dévoilé mardi

TVA Nouvelles

Le gouvernement fédéral dévoilera mardi le nouveau Guide alimentaire canadien.  

La ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor sera de passage à Montréal, au Marché Jean-Talon, pour annoncer les grandes lignes qui doivent guider les consommateurs dans leur choix à l'épicerie. 

Puisque la dernière version du Guide remonte déjà à 2007, la nouvelle mouture pourrait bien comporter quelques surprises. 

TVA Nouvelles s’est entretenu avec la nutritionniste Isabelle Huot afin de connaître son opinion à ce sujet. 

I.H. On s'attend définitivement à mettre les protéines végétales de l'avant. Tout ce qui est légumineuses, tofu, tempeh. Je m'attends à voir une place de choix. On va mettre l'accent, évidemment, sur les végétaux aussi, les fruits, les légumes, sur les grains entiers, probablement. 

Je pense qu'on va avoir des messages qui vont s'inspirer du guide alimentaire brésilien, à l'effet de cuisiner en famille, de prendre le temps de savourer les aliments. Je pense que ça va faire partie de la prochaine édition. Moi, je l'attends avec impatience, parce que c'est un guide qui a été développé sans lobbying de l'industrie alimentaire, et ça, c'est une excellente nouvelle. 

-Et la place des produits laitiers? Il s'est dit beaucoup de choses au cours des dernières semaines? 

I.H. Tellement! Je pense qu'il n'y aura plus de groupe «produits laitiers», mais on va retrouver le lait, le fromage et le yogourt comme une source de protéines parmi d'autres sources de protéines. Mais comme l'accent est mis sur la protéine végétale, je pense qu'ils vont un peu perdre leur place dans le prochain guide. 

-Alors, on verra demain (mardi). Vous y serez également?  

I.H. -Absolument!  

Connaissez-vous le Guide? 

TVA Nouvelles a posé la question suivante à quelques personnes: est-ce que vous connaissez le Guide alimentaire canadien et l'utilisez-vous? Voici leurs réponses: 

«Oui, on l'a appris quand on était jeunes à l'école, on le suivait à cette époque-là, mais je pense que les habitudes de consommation des gens ont changé.»  

«Je l'ai regardé, j'ai vu ce qui me concernait et j'ai pris des choses. J'en ai laissé d'autres de côté, auxquelles je ne crois pas.» 

«Non, vraiment, je ne savais vraiment pas que ça existait, malheureusement», a répondu une jeune femme qui est dans le domaine de la restauration, lorsqu’on lui a demandé si elle utilisait le Guide alimentaire canadien.