/news/politics

Scheer veut un nouveau pipeline au Québec

Guillaume St-Pierre | Agence QMI

Le chef conservateur Andrew Scheer veut convaincre les Québécois du bien-fondé de la construction d’un pipeline traversant la province en plaidant que le conduit permettrait de libérer le pays du pétrole étranger.

«Les Québécois n’aiment pas l’idée qu’on ait à acheter du pétrole de l’étranger», a déclaré M. Scheer en conférence de presse à Montréal, lundi, en citant le Venezuela, l’Arabie saoudite et l’Algérie.

Une récente étude de HEC Montréal démontre toutefois que le pétrole consommé au Québec provient déjà en majorité de l’Ouest canadien (53 %), et des États-Unis (40 %). Le reste provient essentiellement de l’Algérie.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a soulevé l’ire de plusieurs provinces récemment lorsqu’il a fermé la porte à un pipeline traversant le Québec. M. Legault plaidait alors qu’il n’existe pas dans la province «l’accessibilité sociale» nécessaire pour la mise en oeuvre d’un projet transportant de «l’énergie sale».

Mais le leader conservateur s’est dit «convaincu» de pouvoir «répondre aux inquiétudes» de Québec afin de permettre à de «gros projets d’énergie» d’aller de l’avant «dans le but de devenir autosuffisant en matière de pétrole».

«Je pense qu’il y a de l’acceptabilité sociale pour s’assurer que l’essence qui est dans nos voitures provienne du Canada», a répondu M. Scheer lorsqu’interrogé sur la recevabilité d’un projet de pipeline au Québec.

Le député libéral Pablo Rodriguez a rappelé que c’est l’entreprise elle-même, TransCanada, qui a laissé tomber le projet d’oléoduc.

Au NPD, le montréalais Alexandre Boulerice est catégorique: «Le pipeline Énergie-Est, c’est non, dit-il. On dirait que depuis que les libéraux sont au pouvoir, Justin Trudeau et Andrew Scheer font un concours pour savoir qui est le plus pro-pipeline!»

Le chef conservateur a profité de son passage à Montréal pour présenter un aperçu de ses propositions électorales pour le Québec.

S'il devient premier ministre, M. Scheer promet d’octroyer plus d’autonomie à la province en matière d’immigration. Ce dernier avait toutefois très peu détail à offrir, répétant qu’il se dit «ouvert» à discuter avec son homologue québécois.

Les conservateurs promettent également de s’attaquer aux dizaines de milliers de déversements d'eaux usées, particulièrement dans le fleuve Saint-Laurent.

M. Scheer a aussi réitéré son engagement d’instaurer un rapport d’impôt unique, une mesure que souhaite mettre en place le gouvernement caquiste de François Legault. Les libéraux de Justin Trudeau rejettent cette proposition qui entraînerait selon eux des pertes d’emploi à Revenu Canada, un employeur majeur dans certaines régions du Québec.

M. Scheer soutient que les fonctionnaires fédéraux touchés pourraient être affectés à d’autres tâches, comme lutter contre les paradis fiscaux.