/news/law

Gilbert Rozon brille par son absence

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Le magnat de l’humour Gilbert Rozon brillait par son absence ce matin, alors que se déroulait sa toute première comparution pour le viol allégué d’une femme en 1979. 

 • À lire aussi: Gilbert Rozon poursuit Juste pour rire 

• À lire aussi: Gilbert Rozon se présente au poste de police  

• À lire aussi: Plusieurs plaintes contre Rozon rejetées 

Rozon, 64 ans, n’a pas bravé le froid polaire qui frappe la métropole pour se présenter au palais de justice de Montréal. À la place, il a dépêché son avocat afin de le représenter, tel qu’il lui est permis de le faire à ce stade-ci des procédures.   

Dans une salle bondée où défilaient les dossiers, celui de Rozon a finalement été appelé. L’audience n’a duré que quelques instants, le temps de reporter le dossier à une prochaine date.   

Son avocat, Me Pierre Poupart, est connu pour être un des meilleurs criminalistes au pays. C’est lui qui représentait Rozon dans les années 90 quand ce dernier avait obtenu l’absolution après avoir plaidé coupable d’agression sexuelle sur une jeune femme de 19 ans au Manoir Manoir Rouville-Campbell, à Mont-Saint-Hilaire.   

Le mois dernier, la Couronne a déposé deux accusations contre l’ancien magnat de l’humour, pour des faits qui se seraient produits en 1979 à Saint-Sauveur. L’identité de la plaignante ne peut être divulguée.   

Selon les lois de l’époque, le fondateur de Juste pour rire risque la prison à vie s’il est déclaré coupable, mais il n’y a pas de minimum.   

Notons que des 14 plaintes d’inconduite sexuelle déposées contre Rozon, il s’agit de la seule qui a été retenue par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.    

Cette femme ne faisait pas partie du collectif Les Courageuses lorsque celles-ci ont intenté une action collective de plus de 10 M$ contre Rozon. Dans ce dossier, Rozon a porté la cause en appel, qui devrait être entendu d’ici les prochains moins.

Dans la même catégorie