/regional/quebec/quebec

Expulsée d’un bar sans chaussures, elle frôle l’amputation

Julie Couture | TVA Nouvelles

Une jeune femme de 21 ans qui a été mêlée à une altercation au bar le Dagobert, à Québec, dans la nuit de vendredi à samedi, a été expulsée de l’établissement sans ses chaussures par un temps glacial. La cliente a subi d’importantes engelures et a porté plainte à la police.    

Alors que la température ressentie avoisinait les -35, Catherine Jalbert, qui admet avoir trop bu et avoir eu un mauvais comportement, est restée pendant près d’une demi-heure devant l’établissement. Hospitalisée à l’unité des grands brûlés de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus en raison d’engelures au deuxième et au troisième degré à ses pieds, elle a frôlé l’amputation des orteils.    

  

Courtoisie

  

«Ils auraient pu appeler la police ou une ambulance pour qu’au moins, je ne sois pas toute seule là», a-t-elle dit en entrevue à TVA Nouvelles.    

La jeune femme qui l’accompagnait n'en revient pas du traitement qu'elle a subi et aurait souhaité que les portiers lui permettent d'attendre son transport à l'intérieur de l'établissement plutôt que de la laisser ivre dehors.    

«Elle pleurait, elle criait, a raconté Delhia Arguin. Elle disait "j’ai mal, j’ai mal, j’ai mal". Quand on est entré dans l’auto, elle criait et disait qu’elle ne sentait plus ses pieds.»  

«Un comportement violent»  

La direction du bar se défend en affirmant que la cliente, en état d’ivresse, avait un comportement violent et qu’elle aurait lancé une salière à un employé. Elle justifie aussi sa décision de ne pas l’avoir gardée à l’intérieur en raison du comportement violent de son amie envers un portier.    

Les images captées par une caméra de surveillance montrent l’amie de Mme Jalbert pousser le portier. On peut aussi voir la plaignante, chancelante, alors qu’un portier lance ses souliers et lui remet son manteau avant de l’expulser avec force à l’extérieur.    

«C’est quelqu’un qui était violent. On ne va pas commencer à mettre les souliers aux personnes. On lui a remis ses souliers à deux reprises. Si la personne a des engelures parce qu’elle est sortie en ballerines, qu’est-ce qu’on peut faire contre ça ?», a expliqué Jean-Frédéric Laberge, du Dagobert.    

Selon l’avocat François-David Bernier, les propriétaires de bar ont une responsabilité de sécuriser leur clientèle, même si celle-ci est en état d'ivresse.