/news/culture

Le scandale Norbourg adapté au cinéma?

Le cinéaste Maxime Giroux

Agence QMI

Le cinéaste Maxime Giroux

Le cinéaste Maxime Giroux prépare un film sur l’affaire Norbourg, le plus gros scandale financier de l’histoire du Québec. Et c’est l’acteur Alexandre Landry qui a été choisi pour incarner le bandit à cravate Vincent Lacroix.

Le comédien Vincent-Guillaume Otis (District 31) a aussi accepté de jouer dans le film et prêtera ses traits au personnage d’Éric Asselin, le bras droit de Vincent Lacroix.  

Le scénario du film – intitulé pour l’instant Norbourg – a été soumis récemment pour une troisième fois à la SODEC. Si le projet obtient son financement, le long métrage sera tourné plus tard cette année avec un budget de 4,5 M$.  

Rappelons que Vincent Lacroix a fraudé plus de 9200 petits épargnants en détournant 130 M$ alors qu’il était à la tête de Norbourg, son entreprise de gestion de fonds de placement, au début des années 2000. Condamné à 18 ans de prison en 2009, il a purgé le tiers de sa peine avant d’obtenir sa libération conditionnelle en 2014.  

«Avec Norbourg, je veux faire un thriller financier à l’américaine, explique le réalisateur Maxime Giroux (Félix et Meira) en entrevue au Journal à l’occasion de la sortie de son nouveau long métrage, La grande noirceur.  

«C’est un film que je veux tourner de façon plus classique que certaines de mes œuvres précédentes, en m’inspirant par exemple de ce que le cinéaste américain Bennett Miller a réussi à faire avec ses films Moneyball, Foxcatcher ou Capote. Ce sera donc un gros film d’auteur commercial.»

Le plus de gens possible  

«Le but, c’est que le plus de gens possible au Québec voient le film. Je veux que les gens se rendent compte à quel point on a complètement laissé aller Lacroix et ses complices. On avait l’impression qu’ils réussissaient et on était fiers de voir des Québécois avoir du succès dans le secteur financier. Mais dans le fond, ils avaient mis sur pied un système frauduleux qui leur permettait de flouer les gens.»  

Le scénario de Norbourg a été écrit par le cinéaste Simon Lavoie à qui l’on doit les films Le torrent et La petite fille qui aimait trop les allumettes : « Simon s’est inspiré de la vraie histoire de l’affaire Norbourg pour écrire un scénario de 400 pages qui a ensuite été réduit à un long métrage d’environ une heure et 40 minutes, indique Maxime Giroux en précisant que Vincent Lacroix n’a pas été consulté pour l’écriture du film.  

Le bon acteur  

Le cinéaste est par ailleurs convaincu d’avoir trouvé en Alexandre Landry (La chute de l’empire américain) le bon acteur pour incarner Vincent Lacroix à l’écran: «J’ai rencontré Alexandre à quelques reprises pour parler du projet et je suis vraiment excité à l’idée de travailler avec lui et avec Vincent-Guillaume. Alexandre va prendre un peu de poids pour le rôle. Mais je ne tiens pas nécessairement à ce que mes acteurs ressemblent physiquement aux personnes qu’ils vont jouer dans le film. Ce n’est pas un biopic. Je veux raconter une histoire et non raconter la vie d’une personne.»