/finance/homepage

Pas de nouveaux trains à New York tant que Bombardier ne règle pas les problèmes

Agence QMI

Après la Suisse, c’est au tour d’une entreprise de transport à New York d'exiger que les soucis techniques des voitures de Bombardier soient d’abord réglés avant que de nouveaux trains soient livrés.

Lors d’une réunion de la Metropolitan Transportation Authority (MTA), le grand patron de la New York City Transit (NYCT), Andy Byford, a laissé entendre que la situation actuelle ne plaidait pas en faveur de l'obtention de futurs contrats ferroviaires avec Bombardier, selon Reuters.

En vertu d’un contrat de 623 millions $ signé en 2012, Bombardier doit fournir 300 nouvelles voitures de métro à la NYCT.

Les trains de Bombardier ont toutefois connu des problèmes de fiabilité mettant à rude épreuve la patience des autorités de transport, déjà insatisfaites des retards dans la livraison des trains.

«La plus récente décision a été d’arrêter les livraisons. Et nous ne les réactiverons pas jusqu'à ce qu'ils agissent», a fait savoir Andy Byford, selon Reuters.

Dans une déclaration, Bombardier a confirmé l’information tout en disant se concentrer «entièrement sur la fabrication, la livraison et le support de haute qualité».

«Nous sommes en phase finale et nous travaillons avec la NYCT pour approuver la solution technique permettant de remettre les trains en service. Nous nous attendons à ce que cela se produise sous peu», a fait savoir le porte-parole Eric Prud'Homme.

Bombardier a dit avoir livré jusqu’ici 160 voitures.

«Nous comprenons la frustration et l’enjeu est le nôtre», a ajouté M. Prud'Homme, soulignant que plus de 50 employés à temps plein à New York travaillaient jour et nuit sur les véhicules R179.

«Nous sommes résolument engagés à fournir des voitures sécuritaires, fiables et de haute qualité aux millions de personnes qui empruntent quotidiennement le métro de New York», a ajouté Eric Prud'Homme.

Mardi, les Chemins de fer fédéraux (CFF) de Suisse ont annoncé qu’ils ne mettront aucun nouveau train de Bombardier en service tant que les problèmes de ceux-ci sur les rails ne seront pas réglés.

Les CFF avaient critiqué publiquement Bombardier concernant les premiers mois d’exploitation de 12 trains FV-Dosto, mentionnant que la «fiabilité est insatisfaisante». Ceci avait causé des retards et des annulations de trains.