/news/society

La réduction d’antipsychotiques en CHSLD donne des résultats

Au Centre d’hébergement d’Youville de Sherbrooke, des antipsychotiques étaient prescrits à 86 % des résidents. Dans le cadre d’un projet expérimental, pas moins de 53 % d’entre eux ont cessé d’en prendre et les résultats ont été probants.

Un contrôle de prise de médicaments mené dans 24 unités de CHSLD du Québec, de janvier à octobre 2018, a révélé que de 40 % à 60 % des personnes âgées prenaient des antipsychotiques sans avoir un diagnostic de psychose.

«Il ne faut blâmer personne parce que dans nos établissements de santé, c’était des personnes qui étaient beaucoup plus autonomes, beaucoup plus alertes, a expliqué la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais. Du jour au lendemain, on s’est retrouvé avec des personnes lourdement en perte d’autonomie.»

Les infirmiers et les préposés optent plutôt pour des approches non pharmacologiques, telles que la musicothérapie, la récréothérapie et l’écoute active.

«Ça nous demande plus d’efforts au début pour recueillir des informations, mais ça a valu la peine à la longue. Ils nous parlent plus, ils sont plus éveillés», a dit l’infirmier Randy Nadeau.

Les résultats sont également remarqués par des visiteurs.

Par ailleurs, la ministre Marguerite Blais croit que cela contribuera à rendre ces milieux de vie plus agréable et que cela permettra d’attirer davantage de personnel.

Devant ce succès, Québec a décidé d’investir 2,4 millions pour étendre le projet à 131 CHSLD de la province. Les travaux débuteront en mars et seront complétés en décembre.

Dans la même catégorie