/news/politics

Ottawa verse 40 millions $ à Nokia

Guillaume St-Pierre | Agence QMI

 - Agence QMI

Le fédéral verse une aide de 40 millions $ au centre de recherche de Nokia dans la région d'Ottawa pour développer la technologie 5G des réseaux cellulaires, au moment où sa concurrente directe Huawei est au coeur d’une querelle diplomatique entre le Canada et la Chine.

Le ministre canadien de l’Innovation, Navdeep Bains, a profité du Forum économique mondial de Davos pour en faire l’annonce, vendredi.

Selon Ottawa, l’investissement doit permettre la création de 237 emplois au pays.

Le finlandais Nokia, le suédois Ericsson et le chinois Huawei sont sur les rangs pour prendre le contrôle du développement de la technologie 5G au Canada.

Ottawa mène actuellement une analyse de risque de cette technologie sur la vie privée des Canadiens et la sécurité nationale.

L’arrestation d’une des têtes dirigeantes du géant chinois des télécoms Huawei, à Vancouver en décembre, a mis le feu aux poudres entre le Canada et la Chine.

Depuis, des représailles de part et d’autre ont fait escalader les tensions.

Le Canada subit d’intenses pressions de l’administration Trump afin d’écarter Huawei. Les États-Unis croient que l’entreprise est susceptible de se servir de son réseau développé dans différents pays pour les espionner et transmettre de l’information au gouvernement chinois.

En plus des États-Unis, d’autres alliés du Canada, dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont déjà banni les produits Huawei de son futur réseau 5G sur son territoire.

Mais Ottawa subit aussi les pressions de Bell et de Telus, qui ont déjà adopté Huawei pour développer les réseaux de télécommunication de cinquième génération.

Bloquer Huawei entraînerait des pertes financières d’au moins 1 milliard $ pour Telus et Bell, selon le quotidien torontois «The Globe and Mail».

Dans la même catégorie