/regional/montreal/montreal

Transport en commun : la tarification sociale coûterait des dizaines de millions

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI 

GEN-APPLICATION-AUTOBUS

Joël Lemay / Agence QMI

La mise en place d'un tarif réduit dans le transport collectif pour les personnes à faible revenu pourrait coûter plus de 30 millions $ chaque année à la Société de transport de Montréal (STM).

Selon un rapport produit en 2017 et obtenu par le conseiller de ville Marvin Rotrand, qui siégeait jusqu'à l'automne dernier sur le conseil d'administration de la STM, étendre le tarif réduit aux adultes faisant partie d’un ménage à faible revenu pourrait entraîner des pertes de 28,3 millions $ en revenus à la société de transport, en plus des frais de gestion de 2,8 millions $.

Un autre document produit en 2018 indique pour sa part que la Ville souhaite «ardemment» que l'Agence régionale de transport métropolitain (ARTM) mette en place de telles mesures.

M. Rotrand doit poser des questions à ce sujet lors du conseil municipal de lundi soir. Il espère que la Ville consultera sa population.

«Si la Ville veut vraiment aller de l’avant avec un tarif social, il faut que le public ait son mot à dire avant», affirme celui qui craint que cette mesure entraîne une hausse de la tarification pour le public général ou une baisse de service, deux scénarios inacceptables selon lui.

Autres réseaux

Si le document de 2018 propose l’utilisation d’une mesure de calcul qui rendrait moins de personnes éligibles à la tarification réduite que lors de l'estimation de 2017, il stipule toutefois que celle-ci devrait être mise en place chez tous les transporteurs du Grand Montréal, ce qui ferait exploser les coûts.

Puisqu’il s’agit d’un rabais qui touche la redistribution de la richesse, la Ville souhaite que les coûts soient assumés par le gouvernement du Québec. Mais avec tous les projets actuels d’expansion du réseau de transport en commun, M. Rotrand doute que des fonds soient disponibles à Québec pour une telle mesure.

C’est l’ARTM qui aura le dernier mot dans ce dossier, lors de sa refonte de la tarification.