/regional/quebec/quebec

Un BAPE plus court pour le tramway de Québec

Taïeb Moalla

 - Agence QMI

Photo courtoisie Ville de Québec

Le BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) consacré au futur Réseau de transport structurant de la Ville de Québec sera achevé en 13 mois, soit cinq mois plus vite que le délai réglementaire, a promis le gouvernement du Québec.

«Le délai réglementaire de traitement par le gouvernement pour ce genre de projet est de 18 mois. Néanmoins, le Ministère [de l’Environnement] a l’intention que le projet du tramway soit traité dans un délai de 13 mois, comme l’a été le projet du REM [à Montréal]», a indiqué Clément Falardeau, porte-parole du ministère de l’Environnement, au «Journal». Le délai de 13 mois commencera à courir à partir du moment où la Ville de Québec déposera l’étude d’impact du mégaprojet, a-t-il ajouté.

Du côté de la Ville, le porte-parole Marc-Antoine Tremblay a soutenu que «nous allons respecter les demandes du Ministère, qu’il s’agisse d’une analyse environnementale ou d’un BAPE. Idéalement, nous voudrions que ça se fasse en parallèle à l’implantation pour éviter les délais.»

Ce dernier ne pouvait pas s’avancer sur le moment précis du dépôt de l’étude d’impact. «Nous devons premièrement connaître la demande concernant le contenu», a-t-il exposé.

Plus tôt cette semaine, la municipalité a d’abord indiqué vouloir se soustraire au processus environnemental. À défaut d’y parvenir, l’administration Labeaume a dit espérer pouvoir éviter des retards sur l’échéancier.

La portion tramway

Le BAPE touchera seulement la portion «tramway» du Réseau structurant, car ce mode de transport nécessite la construction de rails. Le trambus, autre composante du Réseau, n’est donc pas visé par le processus environnemental.

Est-ce que la réalisation du tramway pourra se poursuivre durant le BAPE ? «[La Ville] peut, en parallèle, développer l’ingénierie de son projet et réaliser des travaux non visés par les composantes assujetties à la procédure comme les aménagements concernant les trambus», a répondu M. Falardeau. Concrètement, «des prises de données géotechniques, de qualité des sols et des travaux de décontamination peuvent être effectués en parallèle de la procédure», a-t-il ajouté.

Avis consultatif

L’avis du BAPE est uniquement consultatif. La décision finale d’autoriser ou non le projet (avec ou sans modifications) est prise au Conseil des ministres à la suite d’une recommandation du ministre de l’Environnement.

Sans vouloir commenter spécifiquement le projet de la Ville de Québec à cette étape-ci du processus, le ministère de l’Environnement a néanmoins rappelé que «tout ce qui vise la réduction de GES (gaz à effet de serre) dans le secteur du transport collectif est un plus pour la société».

Dans la même catégorie