/news/society

Un Canadien sur deux ne peut nommer un camp de concentration

Agence QMI

49% des Canadiens sont incapables de nommer un des 40 000 camps de concentration ou ghettos qui ont existé sous le régime nazi, selon un sondage de la Fondation Azrieli.

Cette méconnaissance est plus importante chez les 18-34 ans, qui sont 52% à ne pas pouvoir citer un camp de la mort. Le sondage a aussi révélé que 22% des jeunes de cette tranche d’âge n'ont jamais entendu parler ou ne sont pas certains d'avoir entendu parler de l'Holocauste

«J'ai été choquée et déçue de découvrir les résultats, a indiqué Naomi Azrieli, directrice générale de la Fondation. Il existe clairement des lacunes dans notre système éducatif auxquelles nous devons remédier, car dans la situation actuelle, notre société ne prépare pas les générations futures à tirer les leçons du passé. »

Le sondage a été publié en marge de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, qui coïncidait, dimanche, avec le 74e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Plus de 1,1 million de personnes – principalement des Juifs, des Roms, des homosexuels et des prisonniers polonais – ont été assassinés entre 1940 et 1945 dans les chambres à gaz de ce camp ou tués à la tâche.

En tout et pour tout, entre 1933 et 1945, entre 15 et 20 millions de personnes sont tués ou emprisonnés par le régime nazi dans les camps, où environ 6 millions de Juifs ont péri.

La Fondation Azrieli subventionne des institutions ainsi que des programmes au Canada et en Israël dans le but de préserver la mémoire des survivants de l’Holocauste.

Le sondage a été réalisé par téléphone et en ligne auprès de 1100 Canadiens représentatifs de la population canadienne.