/news/society

Un an après Émilie Ricard, qu’en est-il des mesures prises dans nos hôpitaux?

François Cormier | TVA Nouvelles

Un an après le cri du cœur d'une jeune infirmière de l'Estrie sur les réseaux sociaux, les projets pilotes annoncés par le ministre de l'époque, Gaétan Barrette, sont toujours en cours.

Le ministère de la Santé refuse donc de partager ses premières observations. À l'heure actuelle, 18 des 19 projets ont été mis en branle. Un seul est terminé.

Du côté de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, la présidente parle déjà d'un succès.

«Nos patients sont moins agressifs parce que nous avons le temps de nous en occuper. Il y a moins de chutes, il y a moins d'erreurs de médicaments et on donne moins de médication», fait valoir Nancy Bédard.

À l'hôpital Sacré-Cœur de Montréal, les congés de maladie du personnel auraient diminué. Au CHSLD de Bagotville, à Saguenay, le nombre de chutes de patients serait également moins élevé. Dans les deux cas, les directions des établissements ne sont pas en mesure de confirmer ces prétentions syndicales.

Les projets pilotes avaient pour but de déterminer le nombre de professionnels en soins nécessaires sur les unités des centres hospitaliers. Par exemple, pour les 34 patients d'une unité de l'hôpital général de Québec, le nombre d'employés est passé de cinq à neuf.

«Nous calculons qu'il faut, en moyenne, 30% à 35% d'effectifs supplémentaires, explique Nancy Bédard. Nous savons que nous ne pourrions pas augmenter du jour au lendemain. La Californie a réussi à le faire en trois ans.»

Dans la même catégorie