/news/techno

Les moins nantis adoptent le téléphone intelligent

Emmanuel Martinez

 - Agence QMI

Le recours au téléphone intelligent a bondi l’an dernier chez les adultes québécois moins nantis, selon un rapport du Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO), divulgué mercredi.

En 2017, 32 % des adultes ayant un revenu familial de moins de 20 000 $ par an détenaient un tel téléphone, mais 55 % en avaient un en 2018. Chez ceux avec un revenu familial entre 20 000 $ et 39 999 $, le taux de possession est passé de 46 % à 60 %, d’après ce rapport tiré d’un sondage.

«Cela pourrait s'expliquer par le fait que les téléphones intelligents deviennent plus accessibles grâce au marché de seconde main qui prend de l'ampleur, ou par le biais des forfaits offerts par les entreprises de télécommunications qui incluent les coûts d'achat d'un téléphone intelligent à peu de frais à la signature d'un contrat de service», a précisé Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, au CEFRIO, par communiqué.

Pour l’ensemble de la population québécoise, le pourcentage de gens ayant un téléphone intelligent est passé de 58 % en 2016 à 73 % en 2018. Le taux d’adoption de la tablette électronique a grimpé moins rapidement, passant de 51 % à 57 % pour la même période. De son côté, la montre intelligente a conquis 8 % des Québécois en 2018, soit cinq points de pourcentage de plus qu’en 2016.

Ordi populaire

L’ordinateur reste un appareil de choix pour les plus pauvres, car 69 % des adultes avec un revenu familial de moins de 20 000 $ en possèdent au moins un, tandis que c’est le cas pour 85 % de ceux avec un revenu familial compris entre 20 000 $ et 39 999 $.

Le taux de pénétration d’internet a légèrement augmenté chez les foyers québécois, passant de 90 % en 2017 à 92 % l’an dernier.

«On observe que les foyers avec enfants sont beaucoup plus nombreux à mentionner qu’ils détiennent déjà un forfait internet illimité ou qu’ils détiennent actuellement le forfait permettant la plus grande capacité de téléchargement disponible dans leur région», a souligné Claire Bourget.

Par contre, le service de télévision par câble continue de perdre des adeptes. En 2018, 79 % des foyers québécois étaient abonnés à un service de télévision par fibre optique ou câblodistribution, soit cinq points de pourcentage de moins qu’en 2017.