/regional/sherbrooke/estrie

Pas facile l'industrie du taxi, même à Sherbrooke

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles 

L'échec de Téo Taxi à Montréal démontre à quel point cette industrie en est une difficile.

À Sherbrooke, une seule compagnie détient le marché pour le moment. Taxis de Sherbrooke fait rouler 84 véhicules. Selon un de ses chauffeurs, Djordje Munizaba, «c'est trop de taxis pour Sherbooke».

Ce chauffeur de taxi depuis plus de cinq ans attend des clients régulièrement pendant de très longs moments en dehors des heures de pointe. Il doit aussi travailler entre 12 et 13 heures par jour pour que ce soit rentable.

L'achalandage pour le taxi est très variable selon les jours de la semaine et les heures de la journée. «Les périodes occupées sont le matin entre 7h30 et 9h30. L'après-midi, c'est entre 14h30 et 17h30, mais le reste de la journée, c'est vraiment tranquille», affirme Djordje Munizaba.

La réalité de Sherbrooke est bien différente de celle des plus grandes villes. À Montréal, il y a plus de 4400 taxis en circulation, soit 1 pour 390 habitants. À Québec, ce nombre passe à un taxi pour 870 habitants. À Trois-Rivières, un taxi pour 1720 habitants, alors qu'à Sherbrooke, une ville comparable, un pour 1920.

Voyez le reportage complet dans la vidéo ci-dessus

Dans la même catégorie