/regional/sherbrooke/estrie

Des stratégies pour se réchauffer par temps froid

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Le froid est mordant. C'est glacial pour les gens bien habillés, alors on peine à imaginer ce que vivent les itinérants, mais aussi les gens moins fortunés qui sont souvent mal habillés ou vivent dans des logements isolés inadéquatement.

Ils se trouvent des stratégies pour fuir le froid. Comme Jean-Marie, qui est camelot pour le «Journal de rue de l’Estrie». Il a la chance d'avoir un point de vente au chaud, alors qu’on l’autorise à s'installer dans l'entrée d'une épicerie Maxi.

Jean-Marie ne vit pas dans la rue, mais il parcourt tous les jours de longues distances à pied dans le froid entre son petit logement, les endroits où il vend son journal et La chaudronnée de l'Estrie, un endroit qui sert de salle à manger, mais aussi de lieu pour se réchauffer.

Le coordonnateur de La chaudronnée de l’Estrie, François Lemieux, explique que l'endroit ouvre à 8h15 et les usagers peuvent y rester jusqu'après le dîner vers 13h15. Souvent, les personnes en situation de pauvreté qui fréquentent La chaudronnée de l'Estrie se rendent ensuite vers une autre ressource. Nathalie va à l'Armée du salut «en autobus, parce que c'est plus chaud!»

Dès 17 h, ceux qui n'ont pas d'endroit où dormir sont admis à l'Accueil Poirier. Ces jours-ci, les 18 lits sont presque toujours occupés. La coordonnatrice Fanny Croteau explique que la limite du nombre de nuits par mois par utilisateur a été levée. Personne ne devrait dormir dehors avec un froid pareil.