/news/politics

Excuses du PLQ : Marwah Rizqy assume ses propos

Patrick Bellerose | Journal de Montréal

La députée libérale Marwah Rizqy reconnaît avoir proposé que le Parti libéral du Québec s’excuse pour les années de rigueur budgétaire imposées sous Philippe Couillard.

«Vous connaissez mon nom : c’est Rizqy. Donc, je prends les risques et, oui, j’assume mes propos», a-t-elle déclaré à la sortie du caucus présessionnel du PLQ jeudi, à l’Assemblée nationale. Jusque là, la députée avait refusé toute la journée de s’adresser aux médias, alors que des collègues prenaient la parole pour rejeter sa proposition.

Notre Bureau parlementaire révélait mardi qu’une lettre circulait parmi la députation libérale pour proposer que le PLQ s’excuse de la rigueur budgétaire. D’autres médias ont ensuite affirmé que Marwah Rizqy en était l’auteure. Elle soutient maintenant ne pas avoir rédigé de lettre, mais qu’elle a plutôt été à l’origine d’une «discussion».

«Là vous savez tous que je suis l’instigatrice de ces mots. Alors, effectivement, j’assume ces propos, a-t-elle déclaré. Maintenant, notre chef a parlé. On a eu une discussion entre nous. On a une position et c’est la position de notre chef et du caucus.»

Dossier clos

La position du chef intérimaire, Pierre Arcand, était sans équivoque plus tôt dans la journée. Pierre Arcand, considère que cet épisode «est un dossier qui est clos». «Il y a une enquête interne. C’est terminé pour nous», a d’abord laissé entendre M. Arcand.

«C’est-à-dire qu’il y a une discussion interne», s’est-il ravisé devant l’étonnement des journalistes.

Pierre Arcand refuse toutefois que le parti s’excuse. «On n’est pas dans le déni, en disant que notre formation politique a été parfaite, dit-il. On a fait des erreurs... On n’a pas été à l’écoute des citoyens, possiblement, comme on aurait dû l’être, mais ceci étant dit, on a aussi fait des bonnes choses. On a quand même laissé la province ici, le Québec, en bon état, il faut le souligner.»

Un peu tard

L’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, a quant à lui fait part de son étonnement devant la proposition de sa collègue. «Je pense que, quand on s’est engagés en campagne électorale en 2018, tout le monde savait exactement qu’elle avait été notre orientation gouvernementale, a-t-il commenté. Donc si quelqu’un n’était pas à l’aise avec ça, c’est un peu tard maintenant pour le découvrir.»

L’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n’avait pas non plus l’intention de faire acte de contrition. «Jamais le Parti libéral ne va s’excuser d’avoir rétabli les finances publiques telles qu’elles le sont aujourd’hui», a-t-il déclaré.  

Avec Marc-André Gagnon

Dans la même catégorie