/regional/troisrivieres/mauricie

Les travailleurs de Shur-Gain sont encore sous le choc

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles 

Les travailleurs de Shur-Gain sont encore sous le choc au lendemain de l'annonce de la fermeture de leur usine. Si certains y voient le moment de prendre leur retraite, pour les plus jeunes, l'avenir est plus incertain et il s'agit d'un coup dur.

«Ça va être pas mal d'insécurité dans les prochains mois. On vient d'acheter une maison», confie un de ces employés, Marius Martinet. «Il faut continuer à travailler, je n'ai pas l'âge de la retraite encore», soulève un de ses collègues, Dominic Gélinas, philosophe.

La majorité des employés de Shur-Gain ont plus de 30 ans d’ancienneté. Pour les plus vieux, c'est l'occasion de prendre une retraite anticipée.

C'est le cas de Pierrette Varain, qui travaille chez Shur-Gain depuis 36 ans. Elle est confiante pour la suite. «Il va y avoir des rencontres entre la partie patronale et le syndicat. On va avoir des offres», souligne-t-elle.

Selon le maire de Yamachiche, Paul Carbonneau, «il y a au moins une douzaine de travailleurs qui s'en vont à leur retraite, donc ils vont partir plus rapidement, c'est certain».

Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, plusieurs emplois sont disponibles dans la MRC de Maskinongé. Se trouver un autre travail, c'est donc possible, mais est-ce que ce sera avec les mêmes conditions de travail? Des travailleurs en doutent, puisqu'ils soulignent que leur emploi était très bon chez Shur-Gain. «50 000$ par année, des bonnes conditions, des assurances, etc.», précise Marius Martinet.

La meunerie cessera définitivement ses activités l'été prochain. L'usine devrait ensuite être démolie.

Voyez notre reportage dans la vidéo ci-dessus

Dans la même catégorie