/news/politics

La CAQ au ciel, le PLQ au purgatoire

Les 100 premiers jours du gouvernement Legault ont été payants pour la CAQ, toujours plus populaire avec 42 % des intentions de vote, alors que les libéraux sont au tapis et récoltent leur pire résultat depuis la création de la firme Léger avec 22 %.

«C’est vraiment la lune de miel pour François Legault. Hommes, femmes, jeunes, vieux, à Montréal où à l’extérieur de Montréal, la CAQ est première. Un francophone sur deux voterait pour la CAQ», affirme le sondeur Jean-Marc Léger.

Le PQ et Québec solidaire ferment la marche avec 18 % et 15 % d’appuis respectivement.

«Le seul endroit où la CAQ n’a pas réussi à percer, c’est chez les non-francophones», souligne le sondeur. Elle récolte 19 % dans ce segment de la population, contre 64 % pour les libéraux.

Première depuis 2003

Les premiers pas de la CAQ aux commandes de l’État ont été appréciés par les Québécois alors que le gouvernement récolte un taux de satisfaction de 63 %.

 

«Je n’ai pas vu ça depuis la première élection de Jean Charest en 2003. Le peuple est content du résultat des élections et il est content des premiers jours de la CAQ», souligne M. Léger.

La CAQ ratisse large : même chez les sympathisants du PQ et de QS, les gens sont généralement satisfaits de la gestion du gouvernement.

Les libéraux sont plus critiques, mais encore : 50 % d’entre eux sont satisfaits ou très satisfaits du gouvernement Legault.

Du côté du PLQ, les lendemains électoraux ne sont pas aussi réjouissants. Seuls 22 % des sondés voteraient pour le PLQ.

Chez les francophones, cet appui tombe à seulement 10 %. Dans la région de Québec, ils atteignent les bas-fonds avec 9 % des intentions de vote.

Jean-Marc Léger ne mâche pas ses mots. «C’est catastrophique. C’est la première fois depuis que j’ai créé Léger en 1986 que je sonde ce résultat. C’est vraiment, vraiment la catastrophe. C’est le plus faible que je n’ai jamais mesuré», s’est-il exclamé.

Au Parti québécois et chez Québec solidaire, les résultats du sondage se situent dans la marge d’erreur de leurs résultats électoraux du 1er octobre dernier.

Pas des débats positifs pour QS

QS n’a pas réussi à profiter de la visibilité médiatique obtenue par les esclandres de la députée de Taschereau, Catherine Dorion. «Ce ne sont pas des débats positifs», souligne Jean-Marc Léger.

Le coup de sonde confirme toutefois que QS a consolidé son vote à l’extérieur de Montréal : il remporte autant d’appui à Québec et en région que dans la métropole.

Chez les 18-34 ans, QS est plus populaire que le PLQ et le PQ, mais se retrouve tout de même derrière la CAQ, qui récolterait 39 % des votes des jeunes si une élection avait lieu.